dimanche 9 septembre 2012

BUB



Comment aurais-je pu oublier the star of the zombies ? 
Bub, le zombie mélomane !!! 

Je répare donc cet oubli en publiant quelques articles trouvés sur la toile !!!


Mais d'abord qui se cache sous le masque ??? Et bien c'est l'acteur américain du nom de Sherman Howard qui s'y colle. Cet acteur que l'on a pu voir dans l'arme fatale 2 (Hitman), ou dans pas mal de séries comme Malcolm,  Cold Case,  Las Vegas, Charmed, Star Trek : Voyager, Urgences, Sabrina, l'apprentie sorcière, et même Walker Texas Ranger ( et oui, faut bien crouter), bref voici donc quelques articles sur l'homme et son rôle dans ce JOUR DES MORTS-VIVANTS (1985)
Allez, chaussez vos lunettes c'est parti : 



Dvd classic
Si le rapport des humains à la réalité du retour des morts a évolué, les zombies aussi ont changé. Dans Dawn, on découvre qu’ils ne sont pas mus uniquement par l’instinct de prédation mais qu’ils réagissent en fonction d’une certaine forme de mémoire de leur existence passée. C’est ce que le professeur Logan expérimente avec Bub dans Day. Ce personnage de zombie, touchant et enfantin, nous rend les morts vivants étonnamment proches. Ils ne sont plus seulement une force destructrice, ils portent ancrés en eux les marques de notre civilisation. Dans Dawn un mort vivant se saisissait d’une arme à feu, dans Day un autre parvient à l’utiliser. Romero, dans les deux premiers volets, ne s’intéressait pas aux zombies. Ils ne servaient que de catalyseur pour observer le comportement d’un groupe de survivants. Si l’intérêt premier de Romero tient toujours dans l’observation des réactions humaines face au danger, l’humanisation des zombies opère un basculement dans la série et ouvre de nouveaux chantiers de réflexion pour leur auteur. Les expériences menées sur les zombies nous frappent par leur inhumanité et Romero joue finement sur notre capacité d’empathie, sur notre compréhension, notre acceptation de l’autre. Ce qui sépare l’homme de l’animal nous fait réagir à la vue des exactions barbares du professeur Logan. Le même Logan qui est pourtant d’une douceur infinie avec Bub et qui par ses recherches peut effectivement permettre à la société des hommes de trouver une issue à la situation. Nous aussi spectateurs, nous sommes conditionnés par nos anciens réflexes. Logan a dépassé la frontière du bien et du mal, il a une nouvelle morale qui correspond à une situation inédite. Mais ses collègues, les soldats, les spectateurs rejettent celui que l’on surnomme Frankenstein. Romero s’amuse avec l’image du savant fou des films de science fiction des 50’s pour caractériser le personnage de Logan (Zombie faisait aussi référence à un petit classique des années 50, Le Monde, la chair et le diable). Bub, quant à lui, fait effectivement penser à Boris Karloff dans les Frankenstein de James Whale : enfantin, incrédule, perdu, ne sachant pas qui il est ni d’où il vient mais ayant pourtant le sentiment d’une vie antérieure. Si Bub prend une telle importance dans le film, c’est grâce à l’investissement total de son interprète Howard Sherman. Romero, époustouflé par sa performance (Sherman observe longuement le bébé de George et Christine pour imaginer les réactions de Bub) décide en cours de tournage d’enrichir considérablement le personnage. Si le regard de Bub est l’une des images les plus marquantes du Jour des morts vivants, Romero réserve également aux autres zombies un traitement qui les rend véritablement poignants. Cette approche, inédite dans la série, fait que les scènes de dévoration, au-delà du dégoût qu’elles inspirent, provoquent en nous un étrange sentiment de compréhension.




Horror.com
Dans "Day of the Dead" le talent incontestable de Tom Savini et de son équipe s’illustre avec une magnifique fourmilière de cadavres sortant de leur torpeur, râles répondant à la voix amplifiée d’un mégaphone, visages bousillés et démarches pantelantes s’interposant entre la caméra et le bleu du ciel, au milieu des épaves de véhicules abandonnés, des dollars fouettés par le vent et des édifices inutiles, parmi lesquels rampe un improbable alligator. Scène anthologique s’il en est, et qui justifie pleinement que le "Jour des Morts-Vivants" se déroule ensuite sous terre.

Dans ce ventre glacial aux murs nus et aux galeries ténébreuses, une révélation inouïe va en effet avoir lieu : ces pantins grognants et affamés que sont les zombies ne sont pas totalement dépourvus d’intelligence et d’affects. Ils "apprennent", comme le dit Sarah, notamment la peur, mais aussi à se souvenir de certains de leurs goûts et de leurs automatismes passés. Aussi dangereux que vulnérables, semblables à de pitoyables enfants égarés une fois qu’ils sont capturés et séquestrés pour les expériences du docteur Logan, il n’est plus possible de les considérer comme de simples cibles pour armes à feu. Et Romero appuie là où ça fait mal. Face aux diverses boucheries manipulatoires de "Frankenstein" et à la bestialité toute hormonale des militaires, les morts-vivants en viennent à avoir l’air plus humains que ceux dont ils feraient (et feront) volontiers leur repas.

Et c’est là qu’intervient le merveilleux personnage de "Bub" (Sherman Howard). Le cobaye préféré du docteur Logan semble confirmer les théories de ce dernier, selon lesquelles la moelle épinière, siège des réflexes les plus primitifs, serait la dernière à être affectée par le processus de zombification, permettant d’envisager un dressage des morts-vivants. Mais à vrai dire, "Bub" dépasse même cette simple hypothèse : face au capitaine Rhodes, ses souvenirs de l’armée semblent lui revenir (ce qui suggère qu’il ne faut pas chercher bien loin!). S’il délaisse la lecture de "Salem’s Lot" (clin d’œil perfide d’un maître envers un autre), la musique de Beethoven lui fait manifestement redécouvrir un univers d’émotions bouleversantes. Et le grand final gore ira même encore plus loin, montrant qu’un zombie peut aussi se faire une idée de ce que doit être la justice, et ce avec une formidable ironie. 

Et pour finir un petit scan de la page 118 de Mad Movies 255 ( septembre 2012)



Ou à prendre en version PDF ici :



To be continued ????


9 commentaires:

  1. Ha ben oui ! BUB (ou Boubou en vf) tu ne pouvais pas passer à côté !!!

    RépondreSupprimer
  2. A noter que l'Ecran Fantastique (numéro 334, septembre 2012) consacre un très gros dossier au thème privilégié par ton (excellent) blog. "Zombie Vs Mort-vivants, Anatomie comparée de deux créatures légendaires", "Zombies et Mort-Vivants à l'écran, Filmo 1919 - 2013", "Les Zombies de Romero" et enfin "Les Zombies du cinéma Italien".

    Enjoy ! Et merci pour ton travail !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour l'info, je vois ça lundi !!!!!

      Supprimer
    2. miam ! un bon scan en perspective ?

      Supprimer
  3. petit rappel, son sosie est en vedette dans la bande annonce:
    http://www.youtube.com/watch?v=5g9XorBCikM

    RépondreSupprimer
  4. "Romero, dans les deux premiers volets, ne s’intéressait pas aux zombies."

    si c'était le cas alors on se demande bien pourquoi ils sont si représentatifs de la population et ont un appetit si démesuré.
    Le coup de génie de George dans le premier opus c'est de s'être servi des morts vivants pour accomplir des choses qui n'auraient pas passé la censure,comme la fillette et sa truelle ou la nudité etc.....
    Dans "Dawn of the dead" c'est encore plus flagrant et délibérément politique.

    "Bub, quant à lui, fait effectivement penser à Boris Karloff"

    très exact :Sherman Howard et Boris karlof on le même talent expressif malgrès un copieux maquillage et qui mieux que la créature de frankenstein connait le retour post mortem ?
    la question que je me pose est ce que "Beethoven" ne serait pas un petit clin d'oeil au petit Alex chef des droogs d' Orange mécanique?
    Comme quoi un bon film soulève toujours des réflexions.
    j'ai un souvenir affreux des premières vhs Française et pas plus de chance à sa sortie en salle rarement vu une copie aussie usée,mais en DVD ♥♥♥
    merci pour ce Boubourama

    RépondreSupprimer
  5. Bub Ah ! Bub Ah ! Mon Petit Frisson...

    Il y a quelques temps, Savini en avait refait une nouvelle réplique :

    https://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xla1/v/t1.0-9/1482758_10205695903548024_7044732494122320529_n.jpg?oh=e25da6e5ef58014800d2cee19c34ce94&oe=57DE258B&__gda__=1470385221_9528456cb4fca5c20ce80d252e54b941

    Après Bub et Fido il va falloir penser à ajouter des nanas à ta rubrique : la fiancée du Terminator ? La fiancée masochiste du Retour des Morts-Vivants 3 ? La Morte Vivante du film de Rollin ? Il y en a à la pelle sous les décombres du ciné d'horreur !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai un peu laissé tomber la rubrique .... Faute de temps mais effectivement le sujet est assez vaste pour en (re)parler ! wait ....

      Supprimer