Pages

test

jeudi 31 janvier 2013

CHILLERAMA

Titre original : Chillerama
Réalisé par : Adam Green, Joe Lynch, Adam Rifkin
USA - 2011

Avec :  Richard Riehle, Adam Rifkin, Ray Wise




















Résumé :
Pour sa soirée de clôture, un drive-in passe quatre films de série B très rares. Mais pendant que les spectateurs s'amusent en voyant des nanars d'une autre époque, une contamination zombiesque se propage dans ce cinéma en plein air.




Links :

INFOS SUR LE DL :
Qualité : DVD
Format : .avi
Langue : Anglais
Sous-titre : Fr



Nom de la Release :
CHILLERAMA 2011
Traduction :
 Anti

En provenance de DP,
upload par sylrud 



Le petit plus du Dr Zomblard : Amateurs de mauvais goût, de femmes aux poitrines généreuse, de scènes gore et d'humour scato, vous etes arrivés à destination !!! Bien déjanté ce film est un hommage à la série B ! Jouissif !!!!!!!!!

mercredi 30 janvier 2013

Death Valley

Death Valley

Créé par : Austin Reading, Julie Kellman Reading.

USA - 2011

Avec :
Charlie Sanders : Agent Joe Stubeck
Bryce Johnson : Agent Billy Pierce
Bryan Callen : Capitaine Frank Dashell
Tania Raymonde : Agent Carla Rinaldi
Texas Battle : Agent John "John-John" Johnson
Caity Lotz : Agent Kirsten Landry








Résumé :
Lorsque la vallée de San Fernando (Californie) est envahie par des
zombies, des vampires et des loups-garous et alors que les scientifiques
cherchent encore une réponse à la cause de ce chaos, les membres de
l'UTF (Undead Task Force) sont chargés d'éradiquer les monstres, ou
du moins les contenir dans la vallée.




12 épisodes de 25 min environ

Bienvenue dans la vallée (Pilot)
http://3i71jl.1fichier.com/
Nous aider, c'est vous aider (Help Us Help You)
http://k6trww.1fichier.com/
Les vaisseaux sanguins (Blood Vessels)
http://jltvy4.1fichier.com/
Deux filles pour un flic (Two Girls, One Cop)
http://9so52o.1fichier.com/
Combats de zombies (Zombie Fights)
http://h6w0yc.1fichier.com/
Bowling de zombie (The Hottest Day Of The Year)
http://0ea1o9.1fichier.com/
Thriller (Who, What, When, Werewolf...Why)
http://v3wta5.1fichier.com/
Prostitution sanglante (Undead Hookers)
http://ghz3l1.1fichier.com/
Tic Tac, boum ! (Tick, Tick, BOOM!)
http://6h70zz.1fichier.com/
Assaut périlleux ! (Assault On Precinct UTF)
http://l2gj2c.1fichier.com/
Décomposition (Partners)
http://f747dz.1fichier.com/
La paix dans la vallée (Peace In The Valley)
http://cl3xdo.1fichier.com/






Le petit plus du Dr Zomblard : tournée à la façon d'un documentaire, cette série suit une unité de police qui combat les vampires, zombies et autres loup-garous qui rôdent autour de la vallée de San Fernando.
Avec ce concept plutôt pas mal et une approche originale des monstres cette série a tout pour plaire ! Dans un esprit "Shaun Of The Dead", avec des acteurs inconnus ou presque on suit cette brigade bien déjantée en "presque" réel. Perso j'ai bien aimé !!

lundi 28 janvier 2013

Le Bon, la brute et les zombies

Titre original : Le Bon, la brute et les zombies
Réalisé par : Abel Ferry
France - 2003
Court-métrage
Durée : 10 min
Formats de production : 35 mm
Format de projection : 35 mm

Avec : Dominique Pinon, Lloyd Kaufman,
Catherine Lefroid













Résumé :

Far West. A la rude époque de la ruée vers l'or. Un vieil Indien a
découvert et exploite seul sur la terre de ses ancêtres un gisement
d'or très convoité. Face aux menaces des belliqueux habitants de la
récente ville voisine, le vieil homme est contraint de recourir à
une race de guerriers hors du commun pour effrayer son cupide voisinage...



A voir en direct live ici :



Ou à voir sur sa platine de salon tranquilos...

Link :
(Merci a Magic D. pour le rip)



Le petit plus du Dr Zomblard : Encore un court-métrage aujourd'hui mais un court français !!! Avec en plus l'excellent Dominique Pinon et plus surprenant Mr Lloyd Kaufman !!! Dingue non ? Avec une mise en scène soignée, Abel Ferry nous raconte en 10 min les aventures pittoresques d'une bande de cow-boys
parcourant l'Ouest en quête de chair fraîche.... Drolissime !!

dimanche 27 janvier 2013

ZOMBIES DANS LES SERIES PART 12

ZOMBIES DANS LES SERIES PART 12

Zombies dans les séries dont ce n'est pas le thème principal

Nous allons donc parler aujourd'hui d'une série US qui nous propose non pas 1 mais 2 épisodes
(toujours plus fort !!) avec des Zombies dans sa 1ère saison :
Le trône de Fer
 (game of thrones)






Cette série créée par David Benioff et D.B. Weiss en 2011 est tout d'abord une série de romans de fantasy de George R. R. Martin : A Song of Ice and Fire.

L'auteur a commencé à l'écrire en 1991 et le premier volume est paru en 1996. Prévue à l'origine comme une trilogie, la série compte désormais cinq volumes publiés et deux autres sont attendus (les tomes ont ensuite été redécoupés dans la traduction française).



L'histoire :

Dans un monde imaginaire féodal où l'été peut durer des années, les
peuples des sept royaumes se préparent à l'arrivée d'un long hiver.
Sur le continent nommé Westeros, plusieurs maisons nobles rivalisent
pour l'obtention du trône royal. Bien que la magie et les créatures
légendaires comme les dragons ont disparus, dans les contrées glacées
situées au dela du mur, une race de créatures supposée appartenir
aux légendes se réveille, (les marcheurs blancs) et que sur le
continent oriental la dernière héritière de la dynastie royale de
Westeros renversée quinze ans auparavant cherche à reconquérir le trône.....






Interessons aux épisodes en question :

Saison 1- Episode 01
L'hiver vient (Winter is Coming)


Dans le nord de Westeros, des patrouilleurs de la Garde de Nuit font une
mauvaise rencontre dans les bois qui jouxtent le grand Mur.
Des corps atrocement mutilés jonchent le sol. Les marcheurs blancs
ces créatures mythiques et surnaturelles, sorte de zombies polaires, qui vivent de l’autre
côté du mur du Nord seraient de retour ....



Saison 1 - Episode 8
Frapper d'estoc (The Pointy End)


Pendant la nuit, Snow est reveillé par fantôme, son loup apprivoisé qui
l'entraîne chez Lord Commandant. Le cadavre ramené d'au dela du mur s'est reveillé......







Le petit plus du Dr Zomblard : On est tout de suite embarqué dans cette histoire. Un univers décalé ou les plus grands héros peuvent mourir. Des décapitations, du sexe, de la nécrophilie, des dragons, des morts-vivants, des loup-garous, de l'exotisme...... Bref une série fantastique !! Je vous conseille cette petite merveille vivement quoique peu être un peu compliqué parfois pour s'y retrouver avec tous ces personnages mais INCONTOURNABLE !!!

vendredi 25 janvier 2013

VIRUS UNDEAD

Titre original :VIRUS H13N1 
Réalisé par : Wolf Wolff
Allemagne - 2008

Avec : Philipp Danne, Birthe Wolter, Nikolas Jürgens















Résumé :
Le professeur Hansen, un scientifique spécialiste d'études sur la
grippe aviaire, est tué dans son village par un essaim d'oiseaux.
L'héritage familial amène dans le coin le petit fils du vieil homme,
Robert Hansen, mais l'accueil local est loin d'être chaleureux...
Venu avec des amis, ce dernier décide d'organiser une soirée, qui
va rapidement tourner au drame. Les oiseaux passent à l'attaque,
répendant un dangereux virus transformant les personnes contaminées
en tueurs sanguinaires...




A voir ici :


INFOS SUR LE DL :
Qualité : DVDrip
Format : .avi
Langue : Fr
Sous-titre : Nein



Le petit plus du Dr Zomblard : Après un générique et une introduction plutôt prometteuse, Virus undead montre (malheureusement) rapidement ses limites. Les djeuns débarquant dans la maison familliale ressassent quelques vieilles histoires issues d'un passé lointain en buvant de la binouze, en fait ils se font
grave chier..... Le virus H5N1 évoqué au début du film aurait pu être un bon point de départ en insistant sur les dangers d'une possible pandémie mondiale. Souffrant de longueurs, un film à ne pas regarder si vous étes dépressifs, les conséquences pourraient être désastreuses....

jeudi 24 janvier 2013

Zombies ! Chronic'Art 56

Zombies !
Ils sont partout !
Source : Chronic'art n°56 (juin 2009).



Avertissement : l'article datant de 2009, beaucoup de choses ont forcément
changées ou évoluées depuis.
Je voulais à la base mettre en ligne le numéro en entier mais tous les
liens trouvés sont malheuresement morts.
A bon entendeur.....
 
 



Inconnue il y a un siècle en Occident, la figure du zombie a progressivement investi notre imaginaire, cristallisant nos angoisses, de la menace totalitaire à la pandémie mondiale. L’anthologie Zombies !, aux Moutons Electriques, revenait il y a deux ans sur cette invasion.  
 
 
 
 
 
Pourquoi a-t-il fallu attendre 2009 pour lire la première étude en français consacrée aux zombies ? Ces derniers sont pourtant installés dans le paysage culturel depuis longtemps ; de La Nuit des mort-vivants de Romero à 28 jours plus tard, la France n’a jamais boudé son plaisir devant les films de goules ; et du clip de Thriller aux pubs Eastpak, elle n’a pas été épargnée par l’exploitation commerciale de la figure.

Pourtant, ni la littérature ni le cinéma ne semblaient vouloir s’approprier ce monstre devenu familier. Mai 2009, miracle, conjonction des astres : Mutants, film français crédible, sort sur les écrans ; deux traductions de Max Brooks atterrissent chez les libraires ; et une étude historique illustrée, Zombies !, recense avec exhaustivité les apparitions des  mort-vivants dans la culture pop globale, des années 1930 à aujourd’hui.

Les auteurs, Julien Bétan et Raphaël Colson, deux anciens libraires ayant eu le temps de potasser le sujet, évoquent la difficulté à traiter du zombie : « sa nature versatile complique considérablement l’analyse du
phénomène. (…) ‘Zombie’ est un mot-valise, un réservoir commun de représentations, dans lequel chacun puise à volonté les éléments qui servent son propos, en délaissant d’autres ou en ajoutant ses propres
innovations ; il existe presque autant de zombies que de créations le mettant en scène. » Tentative de clarification.




Qu’est-ce qu’un zombie ? Un « mort-vivant », dit-on. Mais on ne fait, par là, que remplacer un mot étrange par une expression incompréhensible. En effet, on ne peut pas faire coexister deux états, la vie et la mort, qui s’excluent mutuellement ; la nature dans son ensemble l’interdit.

Que vise-t-on alors en parlant de mort-vivants ? Des vivants qui ont l’air mort, ou des morts revenus à vie ? Des esprits morts dans des corps vivants, ou des corps morts contrôlés par des esprits ? Des malades porteurs de mort, ou des morts porteurs de maladie ?

Un peu de tout cela sans doute, mais le problème, c’est que ces descriptions ne sont pas équivalentes ; chaque agencement correspond à un moment précis de l’histoire du zombie. Celle-ci commence, ainsi, loin de Hollywood, dans la culture vaudou, africaine puis haïtienne.

Le « zombi » est alors un individu envoûté, le plus souvent empoisonné, et contrôlé par un sorcier (le processus est réversible). Il n’est ni mort, ni contagieux, ni agressif. En revanche, il est bien décrit comme un individu sans volonté propre, inconscient, au regard vide. Des voyageurs américains rapportent le phénomène dans les années 1930, au travers de récits, souvent complaisants ou sensationnalistes, sur les cultures « primitives ».

Mais la complaisance n’a qu’un temps et, rapidement, cette figure du zombie excite la curiosité, avant de susciter l’effroi. Peut-on concevoir qu’un homme soit ainsi privé de libre-arbitre, de conscience de soi, et devienne la propriété d’un autre ? N’y a-t-il pas là comme un écho de la déshumanisation qui gagne
les sociétés modernes (guerre de 14, taylorisme, fascisme) ? Quelques romans, et de nombreux films, s’emparent du sujet.
 

 

Petit à petit, le zombie se mêle dans la culture populaire à d’autres représentations. Il acquiert de nouvelles qualités, à mesure qu’on l’associe au robot (la machine), au prolétaire (l’esclave), au militaire (l’homme sans
conscience). Né dans la sorcellerie, il  devient bientôt le fils de la science, émanation de la nouvelle figure prométhéenne du savant fou (qu’il soit national-socialiste ou soviétique).

Le zombie incarne alors la menace de « contrôle » par l’ennemi, de privation de volonté propre et de souveraineté – souveraineté du corps, de l’esprit, de la nation – à l’instar de l’envahisseur extra-terrestre avec lequel il partage l’affiche de nombreux films de science-fiction des années 1950. Homme privé d’identité et de fonctions cognitives, il entre en résonnance avec ces rumeurs de « brainwash » ou de lobotomie (parfois authentiques) qui effraient l’opinion : les nazis, les russes, les coréens, auraient mis au point des techniques pour effacer les mémoires ; des médecins américains peu scrupuleux pratiqueraient des amputations du cerveau avec des pics à glace ; d’autres feraient ingérer des doses massives de drogue à leurs patients, annihilant leur volonté.

Des victimes de manipulations mentales se transformeraient en légumes, en êtres absents à eux-mêmes, aliénés, tels ces mort-vivants pathétiques que l’on voit dans les films. Le zombie exprime ces angoisses à l’écran, et son concept, sa fonction, son apparence, changent à mesure qu’il est chargé de prendre sur lui les menaces de l’époque, de sorte qu’il y a toujours, fondu dans l’image du zombie, le spectre d’une peur actuelle.

Lorsqu’il intègre les récits de science-fiction dans les années 50, le mort-vivant peut ainsi être animé par l’énergie nucléaire. Plus tard, il le sera par un mystérieux virus. Dans tous les cas, il représente une
« humanité asservie, dépossédée d’elle-même, soumise à des forces inconnues et néfastes. »

 
 
 
 
Mais le zombie connaît, en 1968, une mutation décisive. La Nuit des mort-vivants de George Romero en redessine la figure, pour lui donner celle qui nous est devenue familière. Dans ce film fondateur, qui pose les bases d’un genre (le survival en milieu zombie), les morts ne sont contrôlés par personne ; ils quittent mystérieusement leurs tombes pour attaquer les vivants.

Affamés, violents, rassemblés en foules aveugles, ils répandent une odeur de fin du monde sur la civilisation. Résurrection et Apocalypse finissent alors d’occidentaliser le zombie. Les morts cessent de mourir, l’enfer déborde, c’est la fin des temps.

Les années 60, derrière leur apparente frivolité, restent sous la menace d’une guerre mondiale nucléaire et de l’éradication de toute vie. Un avenir est-il encore concevable dans ce contexte ? Le zombie, devenu un électron libre, n’est plus un intermédiaire entre les hommes et ce qui les menace, mais la menace
même, dont l’origine est inconnue, donc sujette à toutes les interprétations.

Dans les années 70 (avec notamment Zombie de Romero), il servira la critique sociale ; le mort-vivant, c’est le consommateur conditionné, privé de jugement, abruti par le confort. C’est l’âge d’or du film de zombies (Romero, Argento, Fulci…), l’âge d’or de la mort au cinéma.
 


  
Pour l’historien Philippe Ariès (L’homme devant la mort), la mort dans les sociétés industrielles modernes n’est plus « apprivoisée » (intégrée au quotidien) mais « sauvage » (refoulée, étrangère) ; on meurt seul, dans
l’anonymat d’un hôpital, loin des regards, avant d’être mis en terre dans un cimetière déconnecté des lieux d’activité.

Lorsqu’elle survient, la mort apparaît comme une anomalie, une percée de l’irrationnel dans une vie contrôlée. Sapant les efforts humains pour bâtir et travailler (elle annule tout projet, tout investissement dans l’avenir), elle ne doit pas être dite, devenant, bien plus que le sexe, le tabou ultime. Le zombie, symboliquement, réintègre la mort dans le quotidien ; mais le retour du refoulé se fait, comme il se doit, de
façon violente et pathologique.

La mort-tabou que nous conjurons quotidiennement, qui n’a plus de figure, se signale à nouveau, et elle se fait menaçante ; memento mori, nous dit-elle, il n’y a pas que les morts qui ont affaire à Moi, vous êtes tous concernés, et à présent vous le savez.

Mort-vivants, vivant-morts, l’expression est réversible car vous n’êtes tous que des morts en sursis. Vous êtes nés poussière, etc. Ce ne sont pas les morts qui viennent hanter votre monde, c’est vous qui partagez le leur. L’anomalie, c’est vous, vous la forme instable, la force qui défie fébrilement l’entropie, avec la
certitude de perdre à la fin. Le zombie devient ainsi le grand mythe de ceux qui ont évacué la question de la mort.

Il sert à effrayer, ou amuser, ceux qui n’ont plus aucun rapport avec la mort, et ne peuvent plus se la représenter autrement que sous la forme d’un vivant amoindri, ayant perdu l’habitude de la travailler
symboliquement.


 
 
Peut-on badiner avec un sujet aussi grave ? C’est sans doute ce que se sont dit les cinéastes des années 80 et 90, qui ont fait basculer le zombie dans la comédie et le gore rigolo. Plus mise à distance que jamais, la mort devient fun, sujet de farce et de moquerie.

Les zombies ne sont plus un ennemi menaçant et effrayant, mais une bande de débiles que l’on peut railler à loisir. Dans le contexte cynique des eighties, qui désamorce tout en ne prenant rien au sérieux, la mort est proprement ridicule ; elle est pour les losers, les ratés à l’apparence répugnante que Patrick Bateman et les golden boys montrent du doigt dans la rue sans daigner les approcher, cette armée de clochards apathiques et de chiens errants, qui défile derrière les vitres de la limousine.

On la charrie, on la nargue, on joue avec, dans une débauche de tripaille et d’humour régressif. Le zombie devient même festif, à l’image des compilations de garage rock Back From the Grave et de l’imagerie du mouvement rockabilly-psyché (Cramps, Meteors, Misfits…), qui célèbrent la sauvagerie du punk sixties à grand renfort d’orgies païennes de mort-vivants, venus bouter les vilains fans de disco et de synth-pop hors des bacs de disques. Certes, de Evil Dead à Braindead, on rigole bien et on écoute de bons groupes.
Mais le zombie glauque qui préfigurait l’apocalypse à venir a disparu au profit d’un monstre de foire
divertissant et inoffensif.
 
     
 
Le vilain Z finira par remontrer sa face hideuse dans les années 2000 ; Twin Towers obligent, les récits de fin du monde ont la cote, et quelques films bien ficelés réactivent le thème de l’invasion de zombies : 28 jours plus tard, L’Armée des morts, Je suis une légende… L’ennemi présente toutefois une nouveauté de taille : il doit son état à un virus foudroyant et hautement contagieux. Il est « infecté », « contaminé », « malade »...

Le virus se répand comme une traînée de poudre, et défie toute mesure de prévention et d’endiguement ; les structures sociales sont dépassées, incompétentes, le monde civilisé s’écroule, retour à zéro. La pandémie est sans doute, bien plus que le terrorisme, l’ultime menace de déstabilisation du système capitaliste mondialisé, la seule attaque pour laquelle il n’a pas prévu d’anticorps.

Quand la grande épidémie pointe son nez (Sida, H5N1, Grippe A), tout le monde flippe, car elle signifie la cessation de toute activité sociale : plus d’économie, plus de culture, plus rien. C’est l’état de nature hobbesien, celui dont aucune industrie ne peut sortir, car l’activité humaine se limite alors à la pure
survie.

Ce qui est frappant dans cette nouvelle figure du zombie, c’est qu’elle ne requiert plus l’obligation de mourir ; le virus « zombifie » en quelques minutes, de sorte qu’il s’agit moins de la transgression d’une limite vie/mort que d’une accélération de tous les processus, un emballement de la machine organique qui rappelle, à l’occasion, les accélérations en cours (technologiques, informationnelles).

Les Z gagnent d’ailleurs en vitesse et en agressivité, interdisant la réflexion ; l’individu conscient est proprement submergé, débordé de toutes parts par les informations à traiter, noyé sous les stimuli.
Ainsi, en mobilisant des thématiques éminemment contemporaines, le zombie s’est à nouveau fait une place dans notre imaginaire, illustrant, à son habitude, les angoisses de notre temps. Deleuze et Guattari l’auraient qualifié de « seul mythe moderne » ; comment pourrions-nous, à présent, douter de cette évidence ?





Source :

mercredi 23 janvier 2013

DEAD HEADS


Titre original : Dead Heads
Réalisé par : Brett Pierce, Drew T. Pierce
USA - 2011

Avec : Michael McKiddy, Ross Kidder, Markus Taylor, Natalie Victoria, Eden Malyn




















Résumé :
Deux zombies inexplicablement cohérents se réveillent au milieu 
d’une attaque de morts-vivants et décident de prendre la route 
pour retrouver l’amour perdu de l’un d’eux.



Quelques liens trouvés sur ze toile

http://uptobox.com/r70ihv0qfuhd
http://depositfiles.com/files/9wlqhr6g6
http://t00kgl.1fichier.com/



INFOS SUR LE DL : 
Qualité : DVDRip
Format : .avi
Langue : Fr
Sous-titre : Aucun 



Le petit plus du Dr Zomblard : Avec une idée de départ simple mais (jamais ?) exploitée  : des zombies qui mangent, vivent et réfléchissent comme des humains !!! Dans cette comédie, les frangins Pierce nous livrent un bon petit film sans prétention avec en prime un duo de comédiens excellents ! De bons maquillages, de l'action, bref on se marre bien, à voir au moins une fois et plus si affinité !


mardi 22 janvier 2013

BERLIN UNDEAD

Titre original : Rammbock : Berlin undead
Réalisé par : Marvin Kren
Allemagne - 2010

Avec : Sebastian Achilles, Melanie Berke, Emily Cox

















Résumé :
Michael se rend à Berlin pour retrouver son ex-petite amie Gabi, au
moment où un terrible virus commence à se répandre en ville.
Sur place, il rencontre Harper, un apprenti plombier. Ensemble,
ils se barricadent pour échapper aux infectés qui
encerclent l'immeuble...






Quelques liens trouvés par ci, par la :





INFOS SUR LE DL :

Qualité : DVDRIP
Format : .avi
Langue : Fr
Sous-titre : Non


Le petit plus du Dr Zomblard : Toute ressemblance avec un film français où des individus se barricadent dans un immeuble pour échapper non pas au percepteur mais aux infected-men serait purement fortuite car le parallèle entre les deux s'arrete ici....


Dans ce film très court (1h) Marvin Kren installe son ambiance oppressante grâce à ses angles de vues et une musique très bien choisie. Berlin undead n’est pas un film de zombies comme les autres, on sent la touche allemande dès les premiers instants. Une certaine touche de poésie sombre berce le tout orientant le long métrage bien plus du coté du drame horrifique que dans l’horreur pure. Une petite curiosité du genre à voir.
Source (remaniée un peu pour faire court ...) : avenue de lhorreur.fr

lundi 21 janvier 2013

APOCALYPSE ZOMBIE Mad Movies HS

Mad Movies HSN°20,
paru le 21 décembre 2012

Et bien voila c'est fait, enfin l'ultime (?) mag de référence sur les zombies est désormais disponible sur les sites de DDL

De White Zombie à 28 Jours plus tard, REC ou The Walking Dead, le phénomène zombie se porte bien, merci !

Autrefois contre-culturel et politique, critique vivifiante de la société de consommation, le film de zombie a muté vers un genre prolifique où tout mort-vivant qui se respecte se doit de mourir debout et par la tête éclatée.

Souvent gore, parfois drôle, le genre zombie a envahi tous les médias, pour les plus grandes frayeurs de notre belle jeunesse. Roulez, roulez, méchants zombies !

116 pages pour tout savoir sur le genre zombie, au ciné, à la télé et en vidéo.

Au sommaire :
Aux portes de la gloire (1932-1967)     
Légendes vivantes (1968-1978)
Un règne sans faim (1979-1989)
Crise de foi(e) (1990-2001)
L'horrible invasion (2002-2012)
Riposte future
Zombithèque
Index





 Pour acceder aux liens c'est ici :
 
Ou ici :

Bonne Lecture !!!

dimanche 20 janvier 2013

THE DEAD

Titre original : The Dead
Réalisé par : Howard J. et Jonathan Ford
UK -2012

Avec :  Dan Morgan, David Dontoh, Fae Ford-Brister, Katy Richardson, Prince David Osei, Rob Freeman, Sergho Dak Jean Gustaphe



















Résumé :
Seul survivant au crash de son avion, ultime vol d'un gigantesque plan d'évacuation, l'ingénieur
de l'Air Force Brian Murphy tente de survivre dans une savane africaine infestée de zombies.
Des morts-vivants qui déferlent de partout, monstres au regard vide et affamés de chair
humaine. Bientôt rejoint par Daniel Dembele, un militaire sur les traces de son fils disparu,
Murphy s'engage dans un voyage au bout de l'horreur, au coeur d'un monde qui, déjà, a basculé
dans le chaos...




Quelques liens trouvés sur la big toile of ze dead :




INFOS SUR LE DL :
Qualité : DVDrip
Format : .avi
Langue : Fr
Sous-titre : Ah non alors.

Le petit plus du Dr Zomblard : Debout les morts ! Lieu : l'Afrique, situation : Le Chaos total !
Voici la destinée d'un mercenaire américain croisant celui d’un déserteur de l’armée du Sierra Leone. Le premier cherche un moyen de quitter le pays, l’autre fait route vers le nord, pour un camp de réfugiés où il espère retrouver son jeune fils. De cette rencontre va d’abord naitre une alliance purement intéressée, teintée d’une méfiance réciproque, qui va lentement se transformer en une véritable amitié. Débute alors un étrange et terrifiant périple au cœur d’un pays transformé en antichambre de l’Enfer... Les frangins Ford ont choisis de  pousser assez loin son aspect graphique par l’introduction de très nombreux plans gores, The Dead, avec ses membres arrachés, ses éviscérations et ses têtes explosées évoque au final autant le cinéma de George A. Romero que celui, encore plus glauque, de Lucio Fulci. D’ailleurs, en découvrant ces paysages d’Afrique noire (le tournage a eu lieu au Burkina Faso) et ces villages de cases envahi de cadavres en putréfaction affamés, on ne peut s’empecher d’y voir quelques références avec L'enfer des zombies,Avec sa réalisation posée, son rythme pesant et sa photographie cotonneuse, The Dead se pose comme un film de zombies atypique
Source (un peu remaniée pour faire court) : sci-fi universe


vendredi 18 janvier 2013

Zombie : les bonus

Zombie : les bonus  


Rappel de la situation : Les zombies sont partout et de plus en plus nombreux, ça craint du boudin....   Une journaliste, son amant pilote et 2 mercenaires se retrouvent dans un centre commercial et doivent s'habituer entre solitude, ravitaillements et tueries avec les morts vivants...


Quand il n'y a plus de place en Enfer,
les morts reviennent sur Terre




En provenance directe de
ciné-bis-art,
voici ce que vous y trouverez  :

A PROPOS DE GEORGE A. ROMERO
par Jean Pierre Putters, Créateur de Mad Movies, auteur de la trilogie des Craignos Monsters.....



+

LES EFFETS SPÉCIAUX DE ZOMBIE
par Benoit Lestang, spécialiste des effets spéciaux
http://www.filmsfantastiques.com/article-21601692.html

+

LE MONTAGE DE ZOMBIE
par Eric Dinkian, monteur
(comparaison montage US /montage européen)

+

QUAND IL N'Y A PLUS DE PLACE EN ENFER...


C'est ici et nulle part ailleurs :




P'tit gif provenant de chez Ludosan :


mercredi 16 janvier 2013

GOREZONE

GORE ZONE
Donc GoreZone, à ne pas confondre avec le magazine britannique actuel, était un mag US spécialisé
(comme son nom ne l'indique pas ) dans l'horreur.
Publié à la fin des années 80 par les les créateurs de Fangoria et édité par Anthony Timpone, seulement  26 numéros furent publiés entre novembre 1988 et 1993

Au sommaire de ces 26 numéros (dans la langue de David Vincent, sorry.....) :

que du bon gore servi tartare !!!!


Assez généreux en images explicitent, l'anglais "peut" passer au second plan pour ceux qui comprennent que dalle à l'anglais du soleil couchant.








bi-mensuel, format A4, 68 pages, couleur.








Gorezone 01 (cbr - 68 pages - 88,9 mb)
http://www.netload.in/dateioCPDDV3afj/GOZO01.rar.htm
Gorezone 02 (cbr - 68 pages - 71,7 mb)
http://www.netload.in/dateiMTcs7JtOyg/GOZO02.rar.htm
Gorezone 03 (cbr - 68 pages - 63,6 mb)
http://www.netload.in/dateivzAZwx5X4k/GOZO03.rar.htm
Gorezone 04 (cbr - 68 pages - 78,3 mb)
http://www.netload.in/dateiNL7fvwHkw6/GOZO04.rar.htm
Gorezone 05 (cbr - 68 pages - 74,6mb)
http://www.netload.in/dateimIlY2Va2XR/GOZO05.rar.htm
Gorezone 06 (cbr - 68 pages - 79,5mb)
http://www.netload.in/dateis0B1PYyQzf/GOZO06.rar.htm
Gorezone 07 (cbr - 68 pages - 97,3 mb)
http://www.netload.in/dateiMappZ8Pio7/GOZO07.rar.htm
Gorezone 08 (cbr - 68 pages - 81,0 mb)
http://www.netload.in/dateinFTehLLHyf/GOZO08.rar.htm
Gorezone 09 (cbr - 68 pages - 77,8 mb)
http://www.netload.in/dateiIkwW1T4frW/GOZO09.rar.htm
Gorezone 10 (cbr - 68 pages - 73,5 mb)
http://www.netload.in/dateiHOe3POR40Y/GOZO10.rar.htm
Gorezone 11 (cbr - 68 pages - 77,7 mb)
http://www.netload.in/dateijXbFYGHXIr/GOZO11.rar.htm
Gorezone 12 (cbr - 68 pages - 84,6 mb)
http://www.netload.in/dateizoeQnFT5Qu/GOZO12.rar.htm
Gorezone 13 (cbr - 68 pages - 92,1 mb)
http://www.netload.in/dateibupXr4CKQ4/GOZO13.rar.htm
Gorezone 14 (cbr - 68 pages - 79,3 mb)
http://www.netload.in/dateilWIHk9LsDX/GOZO14.rar.htm
Gorezone 15 (cbr - 68 pages - 78,1 mb)
http://www.multiup.org/download/8a72477e5e959268d8684ac0cbd7b477/G-Z-015.rar
Gorezone 16 (cbr - 68 pages - 75,1 mb)
http://www.netload.in/dateiell4A0uTuB/GOZO16.rar.htm
Gorezone 17 (cbr - 68 pages - 75,9 mb)
http://www.netload.in/dateidiKPnS6D0K/GOZO17.rar.htm
Gorezone 18 (cbr - 68 pages - 80,9 mb)
http://www.netload.in/dateis9Cu4sMjff/GOZO18.rar.htm
Gorezone 19 (cbr - 68 pages - 81,4 mb)
http://www.netload.in/dateijKcGLn7WGx/GOZO19.rar.htm
Gorezone 20 (cbr - 68 pages - 83,3 mb)
http://www.netload.in/dateiarvBXs5Zsy/GOZO20.rar.htm
Gorezone 21 (cbr - 68 pages - 84,9 mb)
http://www.netload.in/datei5zC3reTlDz/GOZO21.rar.htm
Gorezone 22 (cbr - 68 pages - 84,9 mb)
http://www.netload.in/datei07z6HcrMps/GOZO22.rar.htm
Gorezone 23 (cbr - 68 pages - 83.7 mb)
http://www.netload.in/datei0XPx9Ch1uU/GOZO23.rar.htm
Gorezone 24 (cbr - 68 pages - 81,6 mb)
http://www.netload.in/datei4GsQz70mH4/GOZO24.rar.htm
Gorezone 25 (cbr - 68 pages - 85,0 mb)
http://www.netload.in/dateiR76qVzO0se/GOZO25.rar.htm
Gorezone 26 (cbr - 68 pages - 87, 1 mb)
http://www.netload.in/datei2BranAg8qW/GOZO26.rar.htm



Le petit plus du Dr Zomblard : Ce blog (en Anglais) vous propose quelques Comics, Mag consacrés au cinéma, Zines, du lourd pour les anglophiles quoique certains mag comme celui proposé ici peuvent se passer de traduction !!!!

RISE OF THE ZOMBIES

Titre original : RISE OF THE ZOMBIES
Aka : Dead Walking
Réalisé par : Nick Lyon
USA - 2012
Avec : Levar Burton, Mariel Hemingway, Danny Trejo,
Mercy Malick, Ethan Suplee, Jon Kondelik
















Résumé :
un groupe de survivants obligé de fuir leur premier refuge, l’île d’Alcatraz,
alors que les zombies l’envahissent. Ils se mettent alors en route pour suivre
une rumeur selon laquelle un scientifique aurait trouvé un remède contre le virus
zombie....






Quelques liens trouvés sur la toile :


INFOS SUR LE DL :

Qualité : TV RIP
Format : avi
Langue : ANGLAIS
Sous-titre : A priori Aucun...

Encore une fois si l'un de vous a des pistes pour une
VOSTFR, qu'il n'hésite pas à se manifester !!!!!!!!!!


Le petit plus du Dr Zomblard : L’année dernière, le brillant studio américain The Asylum, spécialisé
en nanars et mockbusters, avait sorti le non moins superbe Zombie Apocalypse, avec des FX numériques,
un tigre zombie et Ving Rhames (Pulp Fiction) perdu au milieu de tout ça. Aujourd’hui le studio remet
ça en reprenant le même réalisateur, Nick Lyon, que pour Zombie Apocalypse et en faisant appel cette
fois à un autre outsider comme tête d’affiche avec Danny Trejo (Machete). Ce nouveau projet aurait
du s’intituler Dead Walking, mais ça aurait fait vraiment trop mockbuster de The Walking Dead alors
que l’histoire n’a strictement rien à voir. Ils ont donc changé le titre en Rise of the Zombies.
source : Tuezlestous