mercredi 13 mars 2013

Zombie comedy : origines de la contamination

Zombie comedy : origines de la contamination

Un article trouvé sur le oueb datant de 2009 assez interessant

MORTS, VIVANTS ET AUTRES
Enfin, si l'on veut remettre les choses à leur place, le premier film dans les années 80 à avoir fait rire avec un zombie n'était aucun de ceux-là. Non, il s'agit en fait du classique de John Landis Le Loup-Garou de Londres, dans lequel l'ami et victime du lycanthrope yankee lui réapparaissait sous la forme d'un mort-vivant en constante décomposition. Plus fantôme que zombie donc, et dans un contexte (le film de loup-garou)
où il n'aurait d'ordinaire rien à faire, mais cela n'empêche pas Landis de réussir le mélange des genres, de présenter ces effrayants monstres de manière inattendue.


Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que deux ans plus tard, en 83, Michael Jackson lui confie la réalisation de son clip-événementiel Thriller, pour lequel il s'agit de faire danser ceux que l'on ne voyait que comme des mangeurs de cervelle. Devenu un invité de choix pour rehausser la sauce, le zombie fait alors plusieurs apparitions dans des comédies horrifico-fantastiques à commencer par Night of the Creeps (La Nuit des sangsues chez nous), un joyeux foutras dû à Fred -The Monster Squad- Dekker et que l'on pourrait
apparenter au Horribilis de James Gunn. Ajoutons également le buddy-movie Flic ou Zombie avec Treat Williams ou encore, en 93, la bluette My Boyfriend's Back. Pour finir, nous évoquerons le cas d'un La Main qui tue tourné en 1998 et qui, en plus de nous dévoiler Jessica Alba en petite tenue, se faisait une réminiscence du Loup-Garou de Londres en ramenant à la vie les deux amis du héros, tués par sa main récalcitrante. Mais ici pas question de malédiction, c'est seulement parce que les portes du Paradis étaient trop loin pour y aller à pieds !



La main qui tue



ZOMBIES D'ASIE
Vous aurez peut-être remarqué que les films évoqués jusqu'à présent sont essentiellement américains et pour cause, le pays de l'oncle Sam semblant avoir eu l'exclusivité sur les morts-vivants pendant des décennies. Ou presque, quelques exemples pas piqués des hannetons de zombie comedy émergeant en réalité des différents cinémas asiatiques. Et si l'on pensera tout de suite à certains représentants de la ghost kung fu comedy, genre qu'initia Sammo Hung en 80 avec L'Exorciste chinois, il existe aussi des films s'amusant non pas des folklores locaux mais bien des zombies occidentaux. Il faudra néanmoins attendre jusqu'à la fin des 90's pour que de telles oeuvres fassent leur apparition avec pour commencer Bio Zombie, mis en images par Wilson Yip avant qu'il ne se consacre au cinoche de castagne.

Une sorte de croisement entre l'humour de Kevin Smith et le Zombie de Romero, s'achevant sur une note étonnamment sombre. Déjà bien barré, la suite des festivités le serait alors encore plus grâce au japonais Wild Zero sorti dans l'archipel en 2000, où les membres d'un véritable groupe de punk-rock, Guitar Wolf,
luttaient contre des aliens transformant les humains en zombies.

Et que dire alors du The Happiness of the Katakuris réalisé l'année suivante par le maître ès bizarreries, Takashi Miike, dans lequel les morts-vivants participent joyeusement du bordel ambiant ? Enfin, plus orienté action, nous achèverons ce tour d'horizon asiatique avec Sars Wars : Bangkok Zombie Crisis, apparu dans les salles thaïlandaises en 2004. L'histoire d'un homme et son sabre (ça peut servir) devant affronter une horde d'infectés (bah tiens !) dans un immeuble, le tout sous la caméra de Taweewat Wantha. Oui, c'est  bien l'homme derrière l'OFNI The Sperm, ce qui vous donnera une petite idée de la sobriété rencontrée ici.




DERNIERE LIGNE DROITE
Et nous voilà arrivés pile-poil à la consécration de la zombie comedy, l'année 2004 qui vit la sortie de Shaun of the Dead. A ceci près que si le film du trio Wright/Pegg/Frost fut effectivement le premier à marquer les esprits, célébré aussi bien par la critique que le public, cette "rom-zom-com" (pour "romantic zombie comedy"..

oui, c'est compliqué) se fit en réalité couper l'herbe sous le pied par plusieurs confrères. Et puisque que nous en étions avec des films autres que anglo-saxons, laissons l'honneur de commencer à Plaga Zombie : Mutant Zone (2001) et Choking Hazard (2004), deux petites productions en provenance respectivement d'Argentine et Tchéquie. Si petites d'ailleurs qu'elles restent malheureusement inconnues chez nous, tandis que leurs collègues dans la langue de Shakespeare s'en sortent un peu mieux. Ainsi, plusieurs d'entre nous ont pu s'offrir quelques rires et frissons avec Undead des frères Spierig, le redneck Dead and Breakfast ou encore un Dead Meat où la maladie de la vache folle se transmet d'une dangereuse manière à l'être humain. Fait curieux, au moins autant que la levée des mort de leurs tombes, ces trois longs-métrages sont sortis à quelques mois d'intervalle de Shaun of the Dead et sont issus de pays anglophones différents (dans l'ordre : Australie,Etats-Unis et Irlande). Comme si en fait, dans l'ensemble de l'inconscient artistique anglo-saxon, germaient les prémisses de la zombie comedy telle que nous la connaissons actuellement. Plutôt flippant dans le style pensée de groupe, non ?



Le résultat, nous le connaissons : après le triomphe de la comédie romantico-horrifique de Edgar Wright, le "tout nouveau" genre de la zombie comedy a vu au plus vite ses rangs gonfler de nombreux prétendants, venus des quatre coins de la planète. La Nuit des loosers vivants, Fido, Zombie Strippers, Dance of the Dead, Poultrygest, Tokyo Zombie et Dead Snow parmi tant d'autres, aujourd'hui rejoints donc par un Bienvenue à Zombieland faisant rimer humour et dégommage explosif de morts-vivants. Le petit dernier d'un genre aux racines plus lointaines et touffues qu'on aurait pu le croire et qui n'est pas prêt de s'arrêter, car tant que les morts rapporteront des dollars en nous faisant rire (près de 100 millions aux USA pour le film de Ruben Fleischer), ils reviendront à la vie pour nous dévorer dans la joie et la bonne humeur !

Source :
Auteur : PitouWH - 23/11/09



2 commentaires:

  1. ça à l'air délirant tout ça !!! pour ma part je connais pas tu à toujours de bon gout dans la matière !!

    muchas gracias anacho !!!

    RépondreSupprimer