Pages

test

vendredi 30 mai 2014

L'Armoire ANTI-ZOMBIE

Etes-vous sur d'avoir tout ce qu'il faut dans votre armoire à pharmacie ?
Oui ? 
Bon au cas ou jettez-un oeil 
(et le bon) ici pour survivre à l'invasion :













Et pour la victoire :



Ou ....



Avec modération bien sur !!!!

lundi 26 mai 2014

GWAR

Aujourd'hui un peu de musique douce avec le groupe américains :


GWAR est un groupe de metal américain formé en 1984 par un collectif de musiciens et artistes de l'Université du Commonwealth de Virginie à Richmond.






Le nom n'a pas de signification particulière, bien que "gwar" signifie tumulte, vacarme en polonais. Le groupe est particulièrement connu pour ses costumes directement inspirés de films de science-fiction et horreur, ses paroles très vulgaires (chouette !) et sa mise en scène morbide recréant (hummmm !) de manière semi-humoristique des actes de scatologie, sadomasochisme, nécrophilie, des rituels de danses païennes et d'une manière générale tout autre thème violent et/ou politiquement controversé



L'origine, selon Dave Brockie, en est la vision de films retraçant les actes barbares commis lors de la deuxième guerre mondiale par les Nazis. Ces films violents qu'il a vu lors de sa jeunesse l'ont marqué et l'ont fait s'interroger sur la violence du genre humain qui va jusqu'à se détruire lui-même.

Membres du groupe (actuellement):

Mike Derks (aka Balsac the Jaws of Death): Guitare
Brad Roberts (aka Jizmak Da Gusha): Batterie
Jamison Land (aka Beefcake the Mighty): Basse
Brent Purgason (aka Pustulus Maximus): Guitare

Autres membres
Jim Thompson (aka Hans Sphincter, aka Hans Orifice) : Batterie
Joe Annaruma (aka Joey Slutman) : Chant
David Murray "Dave" Brockie (aka Oderus Urungus) : Chant  died 23/03/2014
Danielle Stamp (aka Slymenstra Hymen) : Chant  [1988-2002]
Casey Orr (aka Beefcake the Mighty) : Basse  [1987-2011]
Cory Smoot (aka Flattus Maximus) : Guitare  died 03/11/2011
Rob Mosby (aka Nippleus Erectus) : Batterie
Sean Sumner : Batterie
Pete Luchter (aka Lee Beato) : Batterie
Ben Eubanks (aka Johnny Slutman) : Chant
Dave "Müsel" Musel : Claviers


Un peu Plus d'infos ?

http://www.radiometal.com/article/gwar-leurope-et-lhumour,53609
http://fr.wikipedia.org/wiki/GWAR
http://www.spirit-of-metal.com/groupe-groupe-Gwar-l-fr.html

Un petit clip d'abord  (pour s'habituer ....)



Un concert (le Fate or Chaos tour 2013)




un autre ..... (The Next Mutation) (full video) :



Discographie :

Hell-O (CD - 1988)  
Scumdogs of the Universe (CD - 1990)  
America Must Be Destroyed (CD - 1992)  
This Toilet Earth (CD - 1994)  
Ragnarök (CD - 1995)    
Carnival of Chaos (CD - 1997)  
We Kill Everything (CD - 1999)  
Violence Has Arrived (CD - 2001)  
War Party (CD - 2004)  
Beyond Hell (CD - 2006)  
Lust in Space (CD - 2009)  
Bloody Pit of Horror (CD - 2010)  
Battle Maximus (CD - 2013)

http://www.spirit-of-metal.com/groupe-groupe-Gwar-l-fr.html

samedi 24 mai 2014

Le mystère du château maudit

Titre original : The Ghost Breakers
Réalisé par : George Marshall
USA - 1940

Avec : Bob Hope, Paulette Goddard, Paul Lukas, Anthony Quinn...









La new-yorkaise Mary Carter hérite d'un château à Cuba, que
l'on dit hanté. Un informateur sur place est assassiné.
Avec l'aide d'un journaliste, elle découvre la cause de ce
mystère : une mine d'argent se trouve dans la propriété.




jeudi 22 mai 2014

Walking Bière !

Dock Street Walker : une bière Walking Dead saveur cerveau




Alors que les fans de la série « The Walking Dead » vont devoir faire leurs adieux (temporaires) aux héros ce dimanche 30 mars suite à la diffusion du dernier épisode de la quatrième saison, une marque d’alcool a décidé de leur offrir une boisson très spéciale. De quoi compenser un peu le manque et surtout tester un breuvage très très original.



En effet, la marque Dock Street Walker propose aux fans une bière dans laquelle on trouve des petits morceaux de cerveau. Vous avez bien lu. De cerveau. Evidemment, il ne s’agit pas de cerveaux humains, ni de zombies, mais de cerveaux de chèvres. Pas certain que ce soit beaucoup plus rassurant mais bon…
Cette boisson sera disponible le 30 mars aux Etats-Unis. Miam miam.
(Merci Ludo pour l'info)


mardi 20 mai 2014

28 JOURS PLUS TARD (BD) T4

l’oeuvre de Danny Boyle qui a relancé la mode du film de zombies. Cette série d'albums permet de faire le lien avec 28 Semaines Plus Tard,  la non moins angoissante suite du film.

Scénario : Michael Alan NELSON - Dessin : Alejandro ARAGON
Couleurs : William FARMER
Editeur : Delcourt

T4 : CAPITAINE STILES

Après le sacrifice de Derrick, Selena et Clint découvrent la ville d'Edinburgh en état de siège : les rares survivants, en plus de se battre contre les Infectés, mènent une véritable guerre civile contre Glasgow qu'ils accusent de pillage. Suspectés d'espionnage pour le camp adverse, Selena et Clint devront tout faire pour rallier Londres au plus vite...

28 jours plus tard -Tome 04

lundi 19 mai 2014

TOUT SAVOIR SUR LES ZOMBIES

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les zombies...



De "mort-vivant" à "infecté", le zombie a évolué au fil du temps pour devenir le monstre star du XXIe siècle. Le spécialiste Raphaël Colson analyse ses évolutions.


Pour comprendre comment le zombie est devenu un mythe du XXIe siècle, il faut remonter à sa naissance dans l’imagerie populaire occidentale, il y un peu moins d’un siècle. Dans les années 1920, William Seabrook, journaliste, écrivain, explorateur et passionné d’occultisme, effectue un voyage à Haïti.



A son retour en 1929, il publie "L’île magique", dans lequel il décrit un rite vaudou haïtien : un sorcier fait revenir à la vie un cadavre et en prend lecontrôle. La créature est appelée "un zombie". Trois ans plus tard sort en salles le premier film mettant en scène la créature : "White Zombie" avec Bela Lugosi.



Elle sera désormais un personnage récurrent de la littérature et du cinéma de science-fiction, tout en évoluant au fil des années. Raphaël Colson, co-auteur de l'essai "Zombie" (2009, Les moutons électriques), raconte :

La première évolution intervient dans les années 50-60. Le zombie prend alors un côté putride qu’il n’avait pas avant. Et désormais, il peut être sorti de terre par autre chose que la magie, comme par exemple la science".

1968 : la naissance du zombie cannibale 
En 1968, un film révolutionne le genre : "The night of the walking dead" ("La nuit des morts-vivants") de George Romero, premier volet d’une saga aujourd’hui culte. Le terme de zombie n’est à aucun moment employé dans le film. Ce sont les fans qui baptiseront ainsi cette créature d’un nouveau genre.



Car le zombie de Romero a acquis une nouvelle dimension. Il est pour la première fois cannibale. Mais surtout, les différents films de Romero montrent une humanité sur le point d’être entièrement zombifiée, donnant ainsi naissance au concept de "Zombie Apocalypse".

Le zombie de Romero reste la référence durant les années 1970 et 1980, une popularité qui atteint son sommet avec le clip de Michael Jackson "Thriller" en 1983. Puis, dans les années 1990, le mort-vivant passe de mode et disparaît des écrans de cinéma. Alors qu’on pouvait le croire enterré pour toujours, il ressuscite à l’aube des années 2000. Mais non sans avoir une nouvelle fois muté ; comme l’explique Raphaël Colson :

"Le film qui marque cette séparation, c’est '28 jours plus tard' de Danny Boyle sorti en 2002, qui est le premier grand film mettant en scène une nouvelle forme de zombie : l’infecté, en quelques sort un cousin du mort-vivant. L’infecté est différent parce qu’il n’est pas forcément mort, mais contaminé par un virus. Ensuite, contrairement au zombie traditionnel qui est lent et maladroit, l’infecté devient hyper rapide, parfois même avec des pouvoirs surhumains."




L'infecté" reflet de son époque

"28 jours plus tard" est suivi par d’autres grands succès qui imposent définitivement l’infecté comme nouveau zombie de référence : "Resident Evil", une adaptation du jeu vidéo éponyme, sorti en 2002 ou encore "L’Armée des morts" de Zack Snyder en 2004. S’ouvre alors un nouvel âge d’or du mort-vivant marqué
par les succès de la bande-dessinée, adaptée en série télévisée, "The Walking Dead" ainsi que par une flopée de films : "Shaun of the Dead", "Land of the dead", "Fido" ou encore "The Diary of the dead".



Un renouveau qui, selon Raphaël Colson, est encore une fois le symptôme de bouleversements plus profonds : Le mort-vivant est toujours le reflet de son époque. Son image, et sa définition, évoluent avec le temps et la société. On peut cependant souligner une constante : plus une société est anxieuse, plus il y a de zombies.

Ils étaient tombés en désuétude dans les années 1990, une période durant laquelle la société était plus heureuse, plus insouciante. Le zombie des années 2000 est celui de l’ère du capitalisme triomphant, de mondialisation agressive, de la guerre en Irak, de la perte de confiance en l’avenir…"

Dans cette perspective, la figure de l’infecté correspond également "à une époque marquée par une série de craintes d’épidémie comme la vache folle ou la grippe aviaire."




Le zombie cannibalisé par le "mainstream"?

Mais, en gagnant en popularité, le zombie a également, selon Raphaël Colson, été vidé d’une bonne partie de son sens.

Ce deuxième aspect est lié à l’évolution de notre société. Le web nous connecte et nous fait vivre dans ce fameux village global. Tout se mélange au niveau de l’information et la culture s’uniformise pour donner naissance à ce qu’on appelle le "mainstream ". Ces films qui, au début des années 2000, ont re-popularisé le zombie s’inscrivent dans cette tendance. 

Et il y a eu en plus, au début des années 2000, pas moins d’une trentaine de romans sur les zombies, sans compter les comics et les multiples jeux-vidéos. Le zombie est devenu une icône de la culture mainstream.
Conséquence : le zombie un "terme valise". On parle par exemple de "machine zombie", de "processus zombie" ou encore "d’insecte zombie".

A mesure qu’il a gagné en popularité, le zombie est devenu un lieu commun. Il s’est ainsi peu à peu vidé du sens que lui avait donné Romero en 1968".

La politisation du zombie

Le mort-vivant des années 2000 a également perdu la dimension politique et subversive de ses prédécesseurs. Le zombie de Romero symbolisait en effet le conformisme. 

Dans son deuxième film par exemple, "Dawn of the dead" sorti en 1978, les survivants se réfugient dans un centre commercial, temple de la consommation, peu à peu envahi par la horde des morts-vivants symbolisant la société capitaliste.

Aujourd’hui, cette dimension critique a disparu de la plupart des représentations de zombies. Le monstre est même presque devenu sympathique. 

Dans certains films, comme "Fido" sorti en 2006, il devient presque un héros, avec des amis et une famille. On cherche également à lui ressembler, lors des "Zombie Walk", organisées un peu partout dans le monde. 



Selon Colson, il s’agit d’un processus de domestication. En domestiquant le zombie, on domestique notre rapport à la mort. Il est devenu une sorte de croque-mitaine, ou alors il a été rééduqué. Il semble même parfois avoir une conscience. Les groupes de zombies sont structurés, parfois avec des chefs".
Au final, le zombie semble se rapprocher de plus en plus de l’homme. Comme si nous souhaitions qu’il existe réellement, soit en tant qu’animal de compagnie, soit en étant nous-mêmes transformés lors d’une "Zombie Apocalypse".

Au départ, le zombie était présenté comme une réalité par William Seabrook. Puis, il est passé dans le domaine de la fiction. Et aujourd’hui, il fait son grand retour dans la réalité".


dimanche 18 mai 2014

Knight of the dead [MAJ]

Proposé en janvier et en VO, voici donc enfin la VF pour
 Knight of the dead



samedi 17 mai 2014

Tokyo Zombie

Titre original : Tôkyô Zonbi
Réalisé par : Sakichi Satô
JAPON - 2005

  Avec : Tadanobu Asano , Shô Aikawa , Erika Okuda , Arata Furuta , Patati-patata (pour voir si vous suivez)















Fujio et Mitsuo sont deux employés dans une usine d'extincteurs à Edogowa, un quartier populaire de l'est de Tokyo. La capitale nippone est devenue un gigantesque dépotoir symbolisé par un gigantesque amas de déchets appelé "le black Fuji". Les habitants viennent y déposer toutes sortes d'ordures : des détritus bien sûr mais aussi... des cadavres! Les corps enterrés, de plus en plus nombreux, finissent par revenir à la vie et croiser la route de nos deux compères...




vendredi 16 mai 2014

Bernard-Henri L'ennui of EVIL

Dans un monde où les élèves sont de plus en plus paresseux, seul Bernard-Henri, un intellectuel tente d'échapper à ses camarades Zombifiés par l'ennui.






Court-métrage amateur tourné à Metz, au Lycée jeanXIII par Alfred MATHIEU

Le petit plus du Dr Zomblard : Une vidéo assez bien foutue et si je vous propose ce court c'est plus pour le concept innovant de la zombification, Une nouvelle explication encore jamais explorée.....

mercredi 14 mai 2014

LE METRO DE LA MORT

Titre original : Death Line
Aka : Raw Meat
Réalisé par : Gary Sherman
Uk - 1973

Avec : Donald Pleasence, Norman Rossington, David Ladd, Sharon Gurney,



















Alors qu'ils rentrent chez eux en métro, Patricia et Alex, deux étudiants, découvrent
un homme inanimé, gisant dans un escalier de la station Russel Square. A peine
ont-ils pris le temps d'aller chercher le secours d'un policeman que, à leur retour, le
corps s'est volatilisé. L'inspecteur Calhoun est convaincu que la victime
serait James Manfred, un haut-fonctionnaire porté disparu. Il ne sait pas
encore que cet homme a été enlevé par un mystérieux dégénéré, se nourrissant
de chair humaine et vivant dans des souterrains communiquant avec
les réseaux du métro.




lundi 12 mai 2014

Le Flic Zombie

Les plus observateurs auront bien compris d'ou provient
cette numérisation. Je ne vais pas vous envoyer l'intégralité
de cet excellent petit guide concocté par notre JPP national 
mais vous proposer de temps en temps quelques pages qui ont
bien sur un lien direct avec le blog. Donc aujourd'hui 
"Le flic Zombie"




101 monstres ringard 
Par Jean-Pierre Putters (Auteur) 
Editeur : Vents d'ouest
Date de sortie : 03/11/1999



samedi 10 mai 2014

THE LAST ZOMBIE


Cette série originale a ceci de génial, qu'elle nous fait découvrir l’état du monde après une épidémie zombie... Alors donc que l'épidémie zombie qui a frappé les Etats-Unis commence à se dissiper, un homme parcourt le pays dévasté avec l'espoir de retrouver la femme qu'il aime. D'ailleurs, tout au long de ce périple, le docteur Ian Scott essaie de vaincre l'infection qui se répand en lui! Cette série se lit donc comme un 'Road Movie' incroyable au coeur d'une Amérique décimée et meurtrie!


Genre: Horreur
Parution: Série en cours
Origine: USA
Langue: Français
Scénario: Brian Keene

Format PDF ou JPG selon les volumes








The last zombie: Dead new world

N°1


N°2


N°3


N°4


N°5




The last zombie: The end














The last zombie: Inferno













The last zombie: Neverland











Fichiers provenant de DP
Posté par mouky31