lundi 7 septembre 2015

Pengabdi setan

Titre original : Pengabdi setan
Aka Satan's Slave
Réalisé par : Sisworo Gautama Putra
Indonésie - 1982

Avec : Ruth Pelupessi, Fachrul Rozy, Simon Cader, Diana Suarkom, Adang Mansyur...


















Depuis la mort prématurée de sa femme, Munarto est inconsolable et ses enfants
Tommy et Rita profondément ébranlés. Tommy va consulter une voyante pour prédire
leur avenir. Dès ce moment, les phénomènes étranges vont se multiplier.
D'inquiétantes ombres semblent menacer la famille.
Tommy sera possédé, le jardinier Karto se pend sans aucune raison et
Herman, le petit ami de Rita, meurt dans un mystérieux accident de voiture.
Tommy soupçonne la voyante Darmina d'être la raison de tous les maux; mais
au moment de la confronter, cette dernière lève une terrible armée de
morts-vivants pour faire assassiner la petite famille...












Un lien trouvé pour vous on ze oueb :




Renvoi chez Muad - VO+STFR









L'indonésie et l'Asie en général n'ont pas pour culture le "phénomène" zombie. Dans ce Pengabdi setan (littéralement les esclaves du diable) nous avons à faire non point à des bouffeurs de cervelle mais plutôt à des revenants façon spectres de l'au delà. Un film qui concilie respect de la religion et croyance au monde des fantômes. A noter, pour ceux qui achetaient à l'époque les revues spécialisée sur le cinéma de genre, un article sur le film publié en Juin 1982 dans l'Écran Fantastique n° 25 (page 79).

1 commentaire:

  1. Le Evil Dead/Phantasm indonésien ! J'aime bien ce genre de culture décalée. Récemment j'ai regardé pas mal de petites productions indonésiennes des années 70 à 90 et le thème récurrent reste un peu toujours : la magie noire. Sisworo Gautama Putra a surtout eu tendance à indonésieniser (ça se dit ?^^) le cinéma de genre américain (slasher, actioner, fantastique, peplum...). C'est ce qui au final donne une culture décalée d'exploitation, moins accessible, mais surtout moins fast-food que certains trucs taïwano-hongkongais de la même période...
    Merci Anacho.

    RépondreSupprimer