jeudi 22 octobre 2015

Les portes de l'au-delà ☠acte 3☠

                     
                                " Le temps,c'est le tic tac monstrueux de la montre
                                 La mort,c'est l'infini dans son éternité
                                 Mais qu'advient-il de ceux qui vont à sa rencontre?
                                Comme on gagne sa vie,nous faut il mériter la mort
                                                      La MORT la MORT.........."

                                                                            Léo Ferré                                                                        
                                                           
                                                                                 

                                "On reconnut alors la présence de la Mort rouge. Elle était venue comme un voleur de nuit. Et tous les convives tombèrent un à un dans les salles de l'orgie inondées d'une rose sanglante, et chacun mourut dans la posture désespérée de sa chute. Et la vie de l'horloge d'ébène disparut avec celle du dernier de ces êtres joyeux. Et les flammes des trépieds expièrent. Et les Ténèbres, et la Ruine, et la Mort rouge établirent sur toutes choses leur empire illimité."

                                                                Edgard Allan Poe                                          
                                                                                                         
                                  
                 Vôtre fils ,Milord,a payé la dette du soldat; il n'a vécu que jusqu'à ce qu'il fût un homme;
                   à peine sa prouesse lui a été confirmé ce titre,au poste immuable ou il combattu,
                  qu'il est mort comme un homme
                                                       
                                                          William Shakespeare "Macbecth"
                                                                 


                                                  le dormeur du val


                                            C'est un trou de verdure où chante une rivière
                                           Accrochant follement aux herbes des haillons
                                           D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
                                           Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

                                          Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
                                          Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
                                          Dort ; il est étendu dans l'herbe sous la nue,
                                          Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

                                          Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
                                          Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
                                          Nature, berce-le chaudement : il a froid.

                                         Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
                                         Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
                                         Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. 
                                                                                              
                                                                  Arthur Rimbault
                                                            
                                                            
                               

                    "Celui qui portera la main sur un de ses semblables, en lui faisant                                             au sein une blessure mortelle, avec le fer homicide, qu'il n'espère point                                                                                les   effets de la miséricorde."
                                                                      (Lautréamont -Les chants de Maldoror)

                                                                       
                         

                                      Guerre, au seul souvenir des maux que tu déchaînes,
                                       Fermente au fond des coeurs le vieux levain des haines ;
                                       Dans le limon laissé par tes flots ravageurs
                                       Des germes sont semés de rancune et de rage,
                                       Et le vaincu n’a plus, dévorant son outrage,
                                       Qu’un désir, qu’un espoir : enfanter des vengeurs.

                                                       "La Guerre", par Louise Ackermann (Poésies Philosophiques),                                                            Paris, le 8 février 1871.

                                                                                                                                                             

                                                                             
                                                                                                       

                                                                                 
                                                           
Les Ténèbres

Dans les caveaux d'insondable tristesse
Où le Destin m'a déjà relégué;
Où jamais n'entre un rayon rose et gai;
Où, seul avec la Nuit, maussade hôtesse,
Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur
Condamne à peindre, hélas! sur les ténèbres;
Où, cuisinier aux appétits funèbres,
Je fais bouillir et je mange mon cœur,
Par instants brille, et s'allonge, et s'étale
Un spectre fait de grâce et de splendeur.
À sa rêveuse allure orientale,
Quand il atteint sa totale grandeur,
                                                Je reconnais ma belle visiteuse:                                                   
                  C'est Elle! noire et pourtant lumineuse.      
          
Un Fantôme  de Charles Baudelaire
                                                 
     
                                                       les textes en blanc sont issus du fabuleux blog
                                                                  d' Elisandre Crowley                                                                                                                  
Pour la rejoindre d' un simple clic  
                                               http://elisandre-librairie-oeuvre-au-noir.blogspot.fr/
                                                                 

                                                                             

7 commentaires:

  1. merci pour ces photos et la découverte du blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le blog d'Elisandre est vraiment remarquable une véritable encyclopedie maudite somptueusement illustrée.
      Après sept année d'existence il reste un de mes grands favorits :)

      Supprimer
  2. Effectivement, belle ballade ! merci DrF

    RépondreSupprimer
  3. Faut dire aussi que l'endroit est particulièrement inspirant....
    La mort n'est elle pas splendide dans sa grande robe noire ? :

    «Il y aura cent vingt millions de neurones qui vont s'éteindre dans mon cerveau. Ce sera l'ultime expérience.»
    Timothy Leary

    RépondreSupprimer
  4. Merci à l'immense Fr@nKeIn$OuNd pour cette ballade pour le moins bucolique malgré l'endroit ! et également pour le lien de ce blog qui a l'air fameux !

    RépondreSupprimer
  5. Merci chef, tu remontes le niveau avec ces poésies macabres...et merci à Elisandre pour son blog incroyable...

    RépondreSupprimer