mercredi 16 décembre 2015

1985 ou le Metal revenu de l'au-delà !




L'année 1985 c'était celle de la sortie dans les salles obscures du JOUR DES MORTS-VIVANTS, de RE-ANIMATOR, et du RETOUR DES MORTS-VIVANTS.


Du coup, l'année 1985 est un grand cru pour le Metal revenu d'entre les morts. Pour preuve, IRON MAIDEN sortait son double album live LIVE AFTER DEATH enregistré lors du World Slavery Tour à la Long Beach Arena, tournée promotionnelle de l'album POWERSLAVE.
LIVE AFTER DEATH comprend aussi la VHS Live After Death et l'affiche culte dessinée par Derek Riggs où l'on voit Eddie the 'Ead s'extrayant d'une tombe où est inscrit "That is not dead which can eternal lie. Yet with strange aeons even death may die." (H.P. Lovecraft)










Mais quittons le British Heavy Metal pour passer au Thrash Metal Californien :
Tout aussi culte pour les metalleux et toujours en 1985, SLAYER sortait aussi son premier Live, le maxi 45T LIVE UNDEAD. Perso, ça a été mon premier achat d'un album de SLAYER, troqué dans la cours de mon lycée à Nouméa contre quelques francs CFP.






Moins bonne et plus amateure que l'affiche de l'album d'IRON MAIDEN, la pochette du LIVE UNDEAD de SLAYER reste tout de même culte avec ses musicos-zomblards. Autrement dit : Tom Araya (chant, basse), Kerry King (guitare) Dave Lombardo (batterie) et Jeff Hanneman (à la guitare qui nous a réellement quitté en 2013).





Et en bonus, et pour rester en Californie en 1985, le groupe de Doom Metal SAINT VITUS nous sortait aussi une joyeuseté de l'au-delà avec le 45T THE WALKING DEAD.




Le Doom c'est plus lourd et plus planant, et on a le temps 
de voir la horde arriver !
Bonne écoute.







Pour conclure :
À savoir qu'avant de se baptiser SAINT VITUS, le groupe de doom jouait déjà le morceau THE WALKING DEAD sous le nom de TYRANT. Le morceau était plus pêchu et pas très loin d'une certaine influence british du nom de BLACK SABBATH.

"Bonnes vibes !" comme disent les Rase-ta-Couette.






+ une vidéo amateur de SAINT VITUS datant de 1986. Juste parceque j'adore l'ambiance de ce mini-live.



40 commentaires:

  1. Ah Maiden, un des meilleurs live pour moi.
    Quand à Slayer, ce n'est pas le live que je préfère, mais South of heaven.

    RépondreSupprimer
  2. toujours eut un peu de mal avec ces groupes de métal,même les bons!
    Pour moi cette musique est définitivement devenu obsolète a l'arrivée de l'insupportable Dio dans black sabbath et juste après le génial album "never say die!".
    Mais il est vrai que le doom,ou le black metal,avec ses ambiances bien barrées,arrive a me faire parfois bouger une oreille (mais bon,est'ce du métal?)
    merci pour la découverte de Saint Vitus.

    RépondreSupprimer
  3. Metal rules ! Maiden, bien sûr. Classic heavy metal. Je me souviens de leur premier album dans les bacs. A l'époque y'avait pas plus agressif. A part Motorhead naturellement. Quant à Slayer je ne compte plus les fois ou je les ai vu en concert. Intense, radical. METAL en somme ! Saint Vitus ! True doom ! Voire stoner/doom. Culte de chez culte. Je les ai vu à l'occasion de leur reformation (avec Wino au chant. Bref, Une pensée pour l'une des plus belles voix du heavy metal, Dio ! Hail Satan ! Merci Anacho !

    Cannibal corpse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cannibal corpse mais à part publier l'excellent billet de Magic C., je n'ai pas fait grand chose ^^. Allez c'est décidé je me laisse pousser les cheuv' !!!! et big merci à toi Mr T. :)

      Supprimer
    2. Bah, Metalleux c'est un état d'esprit comme le Punk (moi je m'en fous j'aime les deux !). Puis c'est un exercice de style, c'est comme le cinéma bis : faut avoir le nez toujours dedans pour pouvoir faire du tri avec.
      Perso, je ne suis pas un grand fan de Dio (mais shuttt, faut pas le dire parce que tous mes potes sont fans de lui ^^). En fait je n'aime pas trop la transition Ozzy-Dio, un peu comme la transition Di Anno-Dickinson dans Iron Maiden...Mais bon, impossible pour moi de faire autrement que d'avoir été un ado des 80's et d'avoir pris le train en marche avec Dio et Dickinson...^^
      Après c'est sûr que les années 80 vieillissent moins bien que les 60's et 70's (en rock comme au ciné) à cause d'un certain classicisme formaté qui aseptise l'ensemble. Mais de là à tout rejeter en bloc à cause de Dio. Moi je dis Radisnoir que tu mérités de passer derrière la vierge de Nuremberg pour ces paroles dignes d'un possédé du Boiteux !!!

      Supprimer
    3. J'ai également eu, à l'époque, du mal à digérer rapidement le départ d'Ozzy et donc que Sabbath puisse se passer de lui. Mais Dio et sa putain de voix m'a mis sur le cul dés le premier album avec lui. Sabbath n'était plus le groupe sombre et enfumé qu'il fut mais il demeurait heavy. Parce que bon, soyons objectif, Ozzy en solo, globalement, ça craint. Malgré le talent de feu Randy Rhoads ou celui, plus monolithique, de Zakk Wylde. Idem pour Maiden, bien que Dickinson collât, à l'époque, davantage au canon heavy metal que Di Anno. Cependant l'agressivité des deux premiers albums doivent beaucoup au grain de voix particulier de ce dernier. Bref, je comprends que l'on puisse être un tantinet puriste. Je le suis aussi. J'ai plutôt mal vécu la déferlante grunge de mes deux et le néo-métal de mon c.. (hormis quelques bons groupes bien sûr). Bref, merci Anacho vd'insister sur le lien évident entre metal et cinéma de genre, en particulier le plus "poisseux".
      Hail Satan !

      Cannibal corpse

      Supprimer
    4. Non, ça c'est moi qui fait le lien entre metal et ciné bis ou ciné de genre (regarde bien mon pseudo. Je suis un être vivant indépendamment du corps et de l'esprit d'Anacho, voire même à 22 000Km de distance ^^).
      Oui c'est évidemment, au-delà de la technique musicale, ce qui différencie bien le punk du Metal : les paroles à base de références à un pan de la Littérature, du Ciné et de la BD. Mais bon, les punks à houppettes s'y sont aussi mis avec les psycho-horror-billies. ^^

      De Nouméa, je n'ai pas vraiment connu de "déferlante grunge", du coup, à l'inverse j'ai adoré cet espèce de néo-punk-rock assez planant qui nous arrivait par CDs. Mais un peu moins l'autre vague de néo-punk-rock de la fin des années 90 avec toutes les imitations boutonneuses d'Offspring and co.

      Pour ce qui est du néo-metal, c'est différent. J'ai d'abord flashé sur Korn puis j'ai détesté qu'on fasse un genre à part entière de leur style avec toutes ces imitations mielleuses basées sur la même architecture musicale. Sans parler des looks de ces groupes.
      Même de très bons groupes de Metal industriel ont suivi cette voie qui tirait tout vers le bas et vers MTV si on peut dire.
      Par contre, la vraie transition que je n'aime pas et là je ne vais peut-être pas me faire des potes sur le Zomblard...^^c'est quand tout un tas de super groupes de rock alternatif français se sont faits remplacer dans les années 90 par cette espèce de musique world-franchouillarde festive (je ne sais pas trop comment l'appeler - du Folk Punk ?).

      Sinon, je suis d'accord. La carrière d'Ozzy en solo est...chiante. ^^ Mis à part quelques tubes qui pètent bien, l'ensemble c'est du post-Black Sabbath. Et c'est pire pour Di Anno en solo. ^^

      Supprimer
    5. Sorry, mec, je t'ai pris pour le boss qui, lui, si je ne m'abuse est plutôt keupon, non ? Je ne suis pas un metalhead intolérant, y'a plein de groupes hardcore ou punk hardcore que j'apprécie. Madball, Pro-pain, Agnostic Front, etc.

      Bien que metalhead tous styles, mon truc, c'est le doom, traditionnel, stoner, death, funeral, gothique, sludge, black, etc. mais le death metal, par Belzébuth, c'est pire qu'une putain d'addiction.

      Tiens, Cannibal Corpse meets the Walking Dead :
      https://youtu.be/XAIX2vISe3M

      Cannibal

      Supprimer
    6. Yes c'est bon ça !

      Regarde ici, moi je reste fidèle à mes premiers amours en matière de death : Possessed, et surtout Death :

      http://zomblardsfromouterspace.blogspot.com/2015/10/death-zombie-ritual.html

      Supprimer
  4. Di Anno était post punk et Dickinson basule coté métal. De toute façon, il y a eu la même au moment Bon Scott-Brian Johnson, dès qu'on change, il y aura des déçus.
    Heureusement que Lemmy est immortel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Je me souviens avoir aussi vécu ce genre de déceptions dans les années 90 avec Judas Priest et Sepultura (je me suis même fait tatouer le sigle du groupe au départ de Max Cavalera).

      Supprimer
    2. Au-dessus, je pensais à ces groupes comme les Ramoneurs de menhirs et ces groupes festifs bourrés d'instruments.
      De toutes façons, déjà Molodoï, je trouvais ça nul même si ça restait punk. En général, les groupes qui font du "militantisme journalistique" je trouve ça chiant.
      Et ça fait encore un exemple de mauvaise(s) transition(s), pour le coup !

      Supprimer
    3. Pourtant, Loran a bien mieux tourné que François (Ze6, AD division de la horde...)
      Et les ramoneurs, on peut pas dire que ce sois festif, c'est quand même pas marcel et son orchestre

      Supprimer
    4. Désolé, j'suis pas punk rock du tout (j'peux pas blairer le punk à roulettes), enfin, hormis les Ramones bien sûr, Discharge, The Exploited et quelques autres. Mais enfin, hors metal, j'ai toujours apprécié les Cramps et, je l'avoue, le DEVO des débuts. Comme quoi, bourrin d'accord, mais plutôt aware !

      Cannibal

      Supprimer
    5. Yep Ludo, je ne suis pas un fan des ramoneurs de menhirs, ni de ce style.
      Et franchement, Molodoï a été une vraie déception pour moi. Le pire, c'est que la fin des Bérus (dans les années 80, pas la nouvelle version), ça annonçait déjà ça : la page internationale de Libé en guise de paroles sur des rythmes punks. La Souris Déglinguée est un peu partie sur cette lancée à un moment. Nuclear Device l'a même fait en parlant de chez moi...
      Du coup, je me souviens m'être rabattu sur Banlieue Rouge à l'époque, avec son style Bérus mais en plus heavy et en plus carré et bien lourd. B.R. et la putain de voix du chanteur, ça annonçait un peu Lofofora, et les bons groupes de frenchcore qui sont arrivés ensuite.

      Supprimer
    6. DEVO j'aime bien.
      Perso j'ai vraiment longtemps été anti-électro et lorsqu'on me disait dans les années 90 que des Djs étaient d'anciens metalleux, je n'y croyais pas une seconde.
      Et je ne m'y serais jamais aventuré si je n'étais pas tombé sur un EP d'Aphex Twin. Et là, c'est son côté hyper-dark qui m'a tout de suite plu.

      Supprimer
    7. Banlieue rouge qui s'est reformé cette année.
      Bon de toute façon, les gouts et les couleurs hein???

      Supprimer
    8. https://www.youtube.com/watch?v=h-9UvrLyj3k

      Supprimer
    9. ça c'est sûr !
      Banlieue Rouge a sorti quelque chose cette année ?

      Supprimer
    10. ils ont fait une tournée...

      Supprimer
  5. Salut à tous,
    vous aimez les Zombies, le Metal vous pouvez alors jeter un oeil et une oreille sur mon groupe Suspifun...merci et un grand bravo pour ce super site !!!

    https://www.youtube.com/watch?v=KfMsTS_kPrY
    https://www.youtube.com/watch?v=JAC6ZmqznpU
    https://www.youtube.com/watch?v=P43iFBSnN00

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça met la patate comme en rave party ! ^^
      J'aime bcp les visuels.

      Supprimer
    2. Toi tu as écouté Treponem pal et Punish yourself ?
      je me trompe;)
      Je te rajoute à la liste des patients de mon métal hospital^^



      Supprimer
    3. Effectivement j'aime beaucoup Treponem pal, Punish yourself pas mal du tout mais pas comme influence, plutot Ministry, Prong, Die Krupps, Scorn(fabuleux), Amon Tobin, Godflesh, Voivod, Peace love & pitbulls, Nine inch nails,etc...quant à mon chanteur,Bak XIII, Birmingham 6...il est plus electro...

      Supprimer
    4. j'ai failli oublier !!! grande influence de Suspifun, Cubanate et les Zombies :)

      Supprimer
    5. Moi j'y connais pas grand chose en métal mais je premier morceau de ton groupe me fait penser à Rob Zombie. J'avais écouté ça par hasard à la médiatheque il y a fort longtemps après un coma musical de 10 ans, et oui je m'étais arreté à bulldozer, putain tu vois le retard que j'ai !!!!!!!!!!!

      Supprimer
    6. j'aime bien Rob Zombie mais je préfère son 1er groupe White Zombie, par contre je connais aussi Bulldozer (les italiens), j'ai meme encore le 2ième lp (The Final Separation)en vynil :) tu vois le retard aussi, lol.

      Supprimer
    7. En tout cas merci pour le compliment car Rob zombie est quand meme un pionnier du genre !

      Supprimer
    8. Ah ! Y'a quand même quelques références ! Ministry, Voïvod, Prong, Scorn. Et pourquoi pas KMFDM ! C'est franchement pas mal dans le genre pionnier du cyber metal. Y'a quand même un groupe injustement méconnu dans le domaine. C'est Bile. Je dois avoir leurs deux premiers albums quelque part. Du genre corrosif. Sans oublier l'unique album de Nailbomb (Point Blank), projet metal indus de Max Cavalera et Alex Newport de Fudge Tunnel (putain de groupe hélas disparu).

      Cannibal

      Supprimer
    9. Kmfdm et Bile très bon aussi...Nailbomb excellent, j'ai eu la chance de les avoir vu sur scène au festival du Dynamo open air en 1995 à Eindhoven, quel concert !!! ainsi que Fudge Tunnel en 1993 toujours au Dynamo :) fantastique sur scène comme sur disque, un de mes groupes préférés ainsi que Helmet et Quicksand, groupe de la même époque hélas disparu aussi.

      Supprimer
    10. Bah moi j'ai pensé à un mélange d'indus avec quelques ajouts d'une espèce de goth mélodique. Et ça m'a surtout fait penser à un groupe israélien qui est venu jouer à Nouméa avec un DJ accompagné de guitaristes pour l'occasion (je crois qu'ils se cherchaient une transition à cette époque, vers 2007-2008). C'était Infected Mushroom avec les zombies en moins et l'effet psy-transe en plus.

      Supprimer
  6. Merci beaucoup ! c'est vrai que nous jouons beaucoup sur l'énergie et le groove...surtout sur scène :) et évidemment en dehors du Metal nous aimons aussi tous ce qui est musique électronique...et les Zombies :)

    RépondreSupprimer
  7. 32 coms', vous faites fort les gars sur ce post, on est proche du record donc bravo le caillou ! Sans être fan d'Iron Maiden je kiffe à mort leurs pochettes d'album...j'en avais plein ma chambre d'ado et j'ai une collec' bien fournie de cartes postales du groupe initiée durant mes années collège. Bien avant être fan de zombies, je peux dire sans honte qu'Eddie via Derek Riggs était mon dieu à l'époque, avec le petit sigle d'Iron Maiden plus ou moins caché dans chaque dessin...merci pour ce rappel visuel et sonore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil. Moi j'avais l'affiche géante du "Live after death" sur le mur de ma chambre d'ado. Eddie y est particulièrement réussi et il faisait flipper les petites nanas qui pénétraient dans mon antre dédié au Metal et au cinéma d'horreur. J'avais aussi les vieilles affiches de "Zombie" et de "Massacre" de René Chateau.

      Supprimer
    2. À propos de René Chateau, petit souvenir :

      https://soundcloud.com/bienvenue-chez-les-krells/gunnar-hansen-2

      Supprimer
    3. Pour ma part je n'étais pas insensible aux visuels hardos / metalleux mais j'avais du mal avec le chant haut perché en général des chanteurs de ces groupres, j'sais pas pourquoi mais ça passait pas ... ça me rappel d'ailleurs que, vous voyez j'ai essayé j'avais chourave dans un monoprix à l'époque quelques skeuds de hard ( parceque pas possible d'y trouver les compil chaos prod ou du camera silens )dont un que j'avais revendu direct tellement j'avais trouvé ça naze : Warning Quelqu'un a connu ce groupe ?
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Warning_(groupe)

      mais heureusement mes oreilles ont vite accrochées à l'écoute d'un album mythique : Les hommes morts sont dangereux des Metal U - Ze must folks :) !

      see you later :)

      Supprimer
    4. Mais oui, on peut se retrouver sur un nanar visuel, mais le rock, c'est sacré, chacun a ses chapelles...
      Moi, j'avais "piece of mind" et "the number of beast" en poster et "the Trooper" dans le dos de ma veste en jeans.

      Supprimer
  8. Oui, la musique c'est intime.
    Haha oui les vestes en jeans (surtout élimés et sans manches). Moi j'avoue ne pas avoir traîné sur le heavy. J'avais un patch "ride the lightning" de Metallica dans le dos et des mini-patchs Slayer, Mötörhead et quelques sigles de Sodom et de Testament un peu partout. Et puis il y avait cette mode des gros bracelets en cuir avec des pointes...^^ J'ai aussi eu le look punk un peu plus tard (iroquoise, jeans troués et rangers au lieu des docks. Je ne sais pas pourquoi, je n'ai jamais aimé les docks qui me faisaient penser à de petites chaussures de clowns. Les rangeos y'a que ça de vrai !!).
    Et puis j'avais un immense drapeau noir de Venom avec le logo en blanc et la tête de bouc en rouge (drapeau trouvé dans un bouiboui à Barcelone).

    Warning ça me dit rien. À part Trust et Vulcain (mais bof) je n'ai pas connu le heavy français. Les Satan Jokers je les ai un peu écouté par la suite, mais bof aussi. En fait, chacun a ses chapelles comme dit Ludo, mais chacun a surtout ses sources et moi, j'ai plus connu le heavy-punk espagnol que français dans les années 80. Comme Barón Rojo, mais surtout les punks basques comme Kortatu, La Polla Records (j'ai encore mes vinyles de ce groupe) et d'autres petits groupes en K7 dont j'ai oublié les noms (des groupes avec des styles parodiques surtout).
    Bon moi j'ai toujours aimé les deux : punk & metal. Le seul truc qui me débecte ce sont les groupes français qui nous disent comment penser. À la limite, mieux vaut l'instrumental ! ^^

    RépondreSupprimer
  9. Pour ce qui est des visuels punks, il n'y en a pas eu des masses en fait. Ça a moins bien été exploité que pour le metal où certains illustrateurs sont de vrais talents.
    Aujourd'hui beaucoup de punks se sont rabattus sur le graff et la philosophie du hip-hop. Et je trouve qu'en regardant bien, on trouve pas mal de similitudes entre les pochettes de metal peintes à la bombe et certains graff urbains. Comme quoi tout se recoupe ! ^^ Et de toutes façons, une "culture" il faut qu'elle se mélange pour éviter de tourner sans cesse sur elle-même. (J'en sais quelque chose, moi qui vit en NC.)...

    RépondreSupprimer
  10. En hard français, y' avait aussi killers.
    Bajon rojo, je dois avoir encore un vinyl et évidemment les bandes à Firmin Muguruza (Kortatu, Negu Gorriak et ses différentes formations de dub, brigadak sound system...).
    Et les basques te délivraient aussi un message politique, mais comme personne entrave le basque, personne comprend.
    Et les visuels punks se retrouvent maintenant dans le crust, D-beat...

    Enfin comme disent les basques: Besta Baï, borroka ere baï

    RépondreSupprimer