mardi 20 décembre 2016

FLIC OU ZOMBIE

Titre original :  Dead Heat
Réalisateur : Mark Goldblatt
USA - 1988

Avec : Treat Williams, Lindsay Frost, Joe Piscopo, Darren McGavin, Vincent Price.



















Mortis et Bigelow, deux détectives de Los Angeles, sont à la poursuite de gangsters ayant commis plusieurs braquages. Ils les surprennent en pleine attaque d'une bijouterie et parviennent, non sans mal, à les abattre. Le médecin légiste remarque avec horreur que les cadavres autopsiés sont déjà morts 8 jours auparavant...








Un lien trouvé pour vous on ze oueb :



VF






Dans ce film, on a droit à un fameux mélange de fantastique, d'action, de "polar" et d'humour, on se demande bien ce que ça va donner.Coté fantastique (et gore) c'est assez réussi, des effets spéciaux honnêtes avec notamment la liquéfaction d'une jeune fille assez réussi et des morts vivants avec une bonne sale gueule. L'humour quand à lui, en plus du coté ridicule de certaines scènes, est bien présent avec une scène à voir absolument : le moment où la machine est activée dans un restaurant chinois, et où canards, abats et cochons rôtis reviennent à la vie pour s'en prendre aux flics avec en prime une chose hallucinante (je vous laisse la découvrir) qui sort de la chambre froide.Les deux flics eux sont stéréotypés à fond, le flic classe qui fait craquer les minettes et le gros bourrin sans tact avec une superbe (si, si) veste qui flash, leur enquête quand à elle ne vaut pas grand-chose, en fait on ne peut même pas dire qu'il y est une quelconque intrigue, le flic tombe sur un indice (une série de chiffre sur un lampadaire) et hop quelque temps plus tard il a l'illumination qui éclaircit toute l'affaire.C'est un sympatique film à voir car il sent bon la fin des années 80.En gage de qualité envers les fans de fantastique, Vincent Price complète la distribution avec un temps d'apparition certes limitée. Source : Pshychovision.net

5 commentaires:

  1. Un film que j'ai toujours trouvé très original de par son sujet, mélanger le buddy movie et le film de zombie, avec de l'action, de très bons effets spéciaux, un casting très bon...
    un film culte pour moi, j'avais tellement bavé devant la jaquette que ma mère avait finie par le louer, faut savoir qu'elle était sacrément fan de films de genres... ah le bon vieux temps des vidéos clubs... que de cassettes piratées, lorsque nous reçûmes lors d'un noël, un deuxième magnétoscope enregistreur à double entrée péritel...
    Merci pour ce film trop sous-estimé à mon goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De nada et oui, quand on a eu effectivement compris comment bidouiller les 2 scopes, ça a tout changé ! je faisais des montages genre bande annonce avec des extraits (toujours les plus craignos du film) et on matait ça avec des potes (= binouzes et le reste !) ^^, on appelais ça soirées vidéo pudding ^^ !

      Supprimer
    2. ->Moi c'était une caméra VHS + un magnétoscope, et en gros je filmais des petites histoires d'horreur et je montais les films avec les deux appareils. Pour le montage, il fallait mentaliser un certain nombre de secondes qui correspondait au calage de la courroie du vieux magnétoscope. C'était un véritable enfer mais quand j'y pense aujourd'hui, je suis content d'avoir vécu ça.
      ->Pareil, je crois qu'on a tous monté des K7 de bandes-annonces et de nos extraits favoris.
      ->Autre bidouillage approximatif du système D : coller le petit micro d'un vieux magnetophone pour se faire des K7 audio qu'avec des passages de films où la musique était géniale. Exemples : L'Enfer des Zombies, la scène du requin, la scène finale sur le pont, etc etc !!!
      ->Pour ce qui était des courts-métrages, j'inventais et je filmais de courtes histoires à la Twilight Zone. Et pour faire l'intro à la Rod Serling, j'enregistrais mon texte sur le magnetophone à K7 puis je lançais le son de ma voix qui disait des trucs du genre "voici un jeune homme dont la vie va basculer, etc etc". Et en même temps, quand je n'avais ni mon frangin, ni des potes pour jouer avec moi, je me filmais en même temps que défilait la voix off et je me plaçais dans une situation en décalage. Par exemple, j'articulais les lèvres sans prononcer de son, et la voix off par-dessus faisait son petit effet de cette manière-là.
      ->Sinon dans les années 90, les magnetoscopes se vendaient avec une nouvelle option très sympa : la post-synchronisation des VHS en branchant un micro à même le magnéto. Avec des potes, on a entièrement doublé plusieurs films de cette manière à réaliser nos propres films avec nos voix. Je me souviens d'Un Russ Meyer, de Phantasm 2 et d'un X avec Laure Sainclaire. C'était le grand détournement avant l'heure et pour tous.

      Pour en revenir aux années 80 et à Cornélius, je connais un certain Anacho qui devrait kiffer le dernier post d'Uncle Jack ;-)

      https://unicornbis.blogspot.com/2016/12/au-dela-de-la-terreur.html

      Supprimer
    3. Salut mon p'tit caillou des îles ^^ oui la post synchro ça m'a toujours fait marrer, bouchitey me faisiat marrer à l'époque et je m'étais essayé aussi mais sans grande conviction du rendu alors j'ai vite arrêté !
      pour le lien oui j'avais vu mais eu le temps de remercier et de le prendre, là, j'ai plus le choix il faut que j'y aille derechef !

      @++

      Supprimer
  2. Merci pour ce partage.

    J'aime beaucoup ce film, moi aussi. Une bonne occasion de débrancher le cerveau pendant une heure et demie

    RépondreSupprimer