Pages

test

samedi 9 décembre 2017

LES COUVERTS DE SAGAWA

Issei Sagawa (佐川 一政, Sagawa Issei, né le 26 avril 1949) est un Japonais qui s'est rendu célèbre pour avoir tué et en partie mangé une étudiante néerlandaise à Paris en juin 1981, ce qui lui valut le surnom de « Japonais cannibale ».

Le 11 juin 1981, Sagawa attire Renée Hartevelt, une jeune Néerlandaise de vingt-quatre ans, étudiant tout comme lui la littérature comparée à l'Université Paris-III, dans son studio du n° 10 rue Erlanger, sous le prétexte qu'un de ses professeurs lui a demandé d'enregistrer des poèmes expressionnistes allemands.

Le jour-même, alors qu'elle lit un poème de Johannes Robert Becher, il la tue à la carabine 22 long rifle (il évoquera initialement un amour déçu entre les deux jeunes étudiants). Il réalise un enregistrement audio sur lequel on peut entendre la jeune fille réciter les vers en allemand sur la mort, puis le coup de feu étouffé par le silencieux de la carabine, suivi par le son de la chute de son corps sur le sol4. Il prélève de son corps plus de sept kilogrammes de chair, puis commet un acte de cannibalisme. Il consomme sa chair trois jours, en la conservant dans un réfrigérateur, prenant 39 photographies au fur et à mesure qu'il prélève les chairs de sa victime. Ne disposant pas d'un congélateur, pour se débarrasser de la dépouille, il la découpe et la cache dans deux valises puis le 13 juin 1981, fait appel à un taxi pour les transporter au bois de Boulogne où il trouve alors un caddie.


Dans une descente, il perd le contrôle du chariot avec lequel il transporte son chargement. Les valises se renversent devant un couple d'amoureux qui l'apostrophe en raison de son comportement étrange et du liquide s'échappant des valises. Il s'éloigne le plus rapidement possible et laisse le couple découvrir un drap ensanglanté dans la valise en carton. La brigade criminelle appelée sur les lieux découvre « des morceaux de cadavre ».




Dès le lendemain, la police lance un appel à témoins qui est entendu par le chauffeur de taxi. Celui-ci appelle aussitôt la brigade criminelle dirigée par le commissaire Ange Mancini pour lui révéler qu'il a chargé un client asiatique avec deux valises. Arrêté trois jours après son crime, grâce au témoignage de ce chauffeur de taxi qui se rappelle son adresse, et avant même que sa victime ait été identifiée, Sagawa déclare aux policiers de la brigade criminelle de Paris « si j'avais eu un congélateur, vous ne m'auriez pas retrouvé… » et revendique son acte, qu'il considère comme un acte artistique. Lors de la perquisition, les policiers découvrent les papiers de la victime, des taches de sang, la carabine 22 long rifle, une pellicule photo avec 32 clichés du dépeçage de la morte, un dictaphone, une shampouineuse pour nettoyer la moquette, une carabine, la couverture de Charlie Hebdo du 16 août 1979 ( avec écrit en premier titre « Le cul rôti aux herbes de Provence » où un cuisinier découpe les fesses d'une femme), des photos d'identités de Renée et 7 kilos de tissus humains dans de petits sacs-poubelles et sur des assiettes en carton dans le réfrigérateur...


LES COUVERTS DE SAGAWA est un groupe de punk-rock de Nouméa.

À ÉCOUTER ICI

1. Zombi
2. Les couverts de Sagawa
3. Ta viande est mienne
4. Gourou JM
5. Départ pour Valdes
6. Cadavre exquis 

9 commentaires:

  1. merci à toi madgic youca

    NZ

    RépondreSupprimer
  2. je viens d'écouter le 1er morceau, à froid je pense à OTH ....

    RépondreSupprimer
  3. Hum!!!!:......Sagawa est interné un an à l'Unité pour malades difficiles de Villejuif, avant d'être transféré au Japon où ses parents(plein aux as) le placent dans l'hôpital psychiatrique Matsuzawa de Tokyo le 21 mai 1984. Un nouveau collège d'experts japonais le déclare responsable de ses actes ; mais le non-lieu prononcé en France a un caractère définitif et interdit aux autorités japonaises de le juger. Sagawa bénéficie donc d'une des règles de droit international favorables aux prévenus et est libéré le 13 août 19852. https://youtu.be/IdXPJWODzjo
    Le magazinz "PHOTO" qui avait déjà fait sensation à publier les clichet de l'autopsie et des lieux du crime

    http://www.priceminister.com/offer/buy/5217535/Collectif-Photo-Magazine-N-N-195-Special-Cahier-Ferme-L-amour-Fou-Issei-Sagawa-Revue.html.
    Un fait très divers comme vous pouvez le constater

    RépondreSupprimer
  4. ah oui pour le groupe je suis pas étonné du tout ;) https://youtu.be/4DJRcSEkftI

    RépondreSupprimer
  5. Tout juste. Mais ça reste à nuancer tout de même.
    Déjà le cannibalisme a existé en Nouvelle-Calédonie, comme aux Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), en Papouasie, etc etc...Tout le monde le sait, mais on évite d'en parler.
    --Mais d'un côté, l'affaire de l'exposition coloniale de 1931 (expliquée dans le film d'Alaxandre Rosada que tu as partagé) a rejailli en 1998 lors de la Coupe du monde de football...Lorsque Christian Karembeu a refusé de chanter la Marseillaise comme le reste de l'Équipe de France pour marquer un geste politique contre l'État français. Son arrière-grand-père faisait partie des Kanaks exhibés au Bois de Vincennes lors de l'Exposition coloniale de 1931. L'affaire avait aussi rejailli après les recherches et la publication du livre "Cannibale" de Didier Daeninckx.
    La BD tirée du bouquin est en ligne sur un blog calédonien et elle a été partagée par Anacho himself (l'homme est sur tous les fronts ^^) :
    http://lecriducagou.org/2015/09/bd-cannibale-de-didier-daeninckx-et-emmanuel-reuze/
    L'histoire de Christian Karembeu découvrant l'affaire de son grand-père a été racontée dans le téléfilm "Kanak l'histoire oubliée" : https://www.youtube.com/watch?v=wzWod0q8Gbk
    Évidemment, tout le film est romancé pour lui donner une valeur militante. J'ai le même âge que Karembeu donc je peux affirmer que le scénariste l'a vieilli de plusieurs années pour pouvoir en faire un militant en 1984-1985 en pleine guerre civile. À cette époque-là, il était nettement plus jeunot.
    --D'un autre côté, certains leaders indépendantistes utilisent désormais cette notion de cannibalisme de leurs ancêtres avec plus d'humour :
    https://www.youtube.com/watch?v=EKq9OEsuENY

    Mais concernant le cannibalisme kanak, personne ne romance trop le sujet en dehors des bouquins historiques et des BDs historiques.
    --> D'où l'utilisation très lointaine de l'histoire de Sagawa pour le titre de ce groupe de punk de Nouméa.
    Moi-même, j'avais détourné le sujet pour un clip fait sans aucun budget et avec des potes, pour un DJ de Nouméa :
    https://www.youtube.com/watch?v=Vb4MAdleiIM
    L'idée était de faire un clip en boucle sur la viande. ^^
    (Anacho : si tu peux essayes de me reconnaître dans le clip ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alexandre Rosada est un journaliste tv calédonien, d'où le fait qu'il a ciblé le sujet sur les Kanaks. Mais les expositions coloniales ont ciblé les habitants de toutes les colonies. Désormais, les termes employés pour désigner les exposés derrière des grillages sont "Zoos humains" : https://www.youtube.com/watch?v=HycHlPvWy44
      Mais il faut lire le bouquin de Daeninckx, les exposés étaient conscients et consentants mais ils ont été totalement arnaqués par les organisateurs de l'exposition.
      Maintenant c'est une affaire qui date et le militantisme kanak a inversé le processus de l'humiliation par le biais de militantisme identitaire.
      Tout ça fait partie de l'Histoire, et s'en offusquer en 2017 tout en continuant à regarder des "Mondo" ou des Tarzineries avec Buster Crabbe ou Johnny Weissmuller... ça n'aurait vraiment aucun sens.

      Supprimer
    2. J'ajoute juste un point important : les petits Français ont tendance à être abreuvés dès le collège...des conneries d'un certain Jean-Jacques Rousseau : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bon_sauvage
      Le militantisme identitaire est souvent dédié à l'exportation et à ces petits Français-là. ;-)

      Supprimer
    3. http://mediatheque.adck.nc/mediath/notice.cfm?numnot=21355

      Supprimer