Pages

test

dimanche 22 juillet 2018

DES CANNIBALES D'AVANT LE GORE SPAGHETTI (PART.2)


Voici un article en 2 parties, avec quelques films de cannibalisme issus du cinéma d'auteur européen et latino-américain, ou même du cinéma d'exploitation hollywoodien...Mais dont l'argument de l'anthropophagie sert plus le scénario qu'à des effusions d'hémoglobines.

Pour cette seconde partie : 

-L'AUBERGE DE LA TERREUR
-THE SEVERED ARM
-UNA VELA PARA EL DIABLO
-DESPERATE LIVING 
-COLLECTIONS PRIVÉES 
 








L'AUBERGE DE LA TERREUR

Titre original : Terror House / Terror at Red Wolf Inn / Secrets Beyond the Door
Réalisé par : Bud Townsend
USA - 1972
Avec : Arthur Space, Mary Jackson, Margaret Avery...
Regina, étudiante, vient de gagner un séjour de détente à la paisible auberge Red Wolf. Les propriétaires de l'auberge insistent tellement pour qu'elle vienne le plus tôt possible, qu'elle n'a même pas le temps de prévenir quiconque de son départ pour ce lieu. Là-bas, elle y retrouve deux jeunes femmes qui, comme elle, ont été invitées dans cette auberge. Les propriétaires sont extrêmement gentils, le paysage merveilleux et la nourriture vraiment formidable, notamment ces viandes grillées au barbecue, mais au lieu de profiter de tout cela, Regina ressent un léger malaise. Malaise renforcé à la suite de la disparition inquiétante de l'une des deux autres invitées des lieux…

Un petit film d'horreur à l'ambiance légère. La sauce monte seulement vers la fin du film.



Un lien trouvé pour vous on ze oueb :


VF


THE SEVERED ARM


Titre original : The Severed Arm
Réalisé par : Thomas S. Alderman
USA - 1973
Avec : Deborah Walley, Paul Carr, David G. Cannon...
Pris au piège dans une grotte, cinq hommes coupent sauvagement le bras de l’un d’entre eux afin de se nourrir pour survivre. Après leur sauvetage, leur victime cherche à se venger d’eux, en les éliminant, un par un…


Un bon Slasher.



Un lien trouvé pour vous on ze oueb :


VO-STFR
(une trad d'Uncle Jack)


UNA VELA PARA EL DIABLO

Titre original : Una vela para el Diablo
Réalisé par : Eugenio Martin
Espagne - 1973
Avec : Aurora Bautista, Esperanza Roy, Judy Geeson, Vic Winner (Victor Alcazar), Lone Fleming, Blanca Estrada...
Si vous êtes jeune, belle, pétillante, aux moeurs dévergondés, un bon conseil non appliqué par le Guide du Routard : ne prenez surtout pas de chambre dans la "Pension des Deux Soeurs", près de Madrid.
Votre espérance de vie ne tiendrait qu'à un fil...



Un bon thriller aux faux airs surnaturels.



Un lien trouvé pour vous on ze oueb :


VO-STFR


DESPERATE LIVING

Titre original : Desperate Living
Réalisé par : John Waters
USA - 1977
Avec : Mink Stole, Edith Massey, Susan Lowe, Liz Renay, Mary Vivian Pearce, Cookie Mueller...

Peggy Gravel (Mink Stole), une bourgeoise hystérique, est sortie de l'hôpital psychiatrique par son mari (George Stover). Dans sa folie, elle tue M. Gravel avec sa bonne Grizelda (Jean Hill). Les deux femmes décident alors de fuir à Mortville, une ville en dehors de la société où peuvent se réfugier les criminels à condition de se soumettre aux humiliantes conditions d'existence imposées par la Reine Carlotta (Edith Massey). C'est là qu'elles font la connaissance d'un couple de lesbiennes qui les accueillent dans leur taudis.


Un lien trouvé pour vous on ze oueb :


C'est chez Humungus



COLLECTIONS PRIVÉES

Réalisé par : Just Jaeckin, Shuji Terayama, Walerian Borowczyk
France - 1979
Avec : Roland Blanche, Laura Gemser, Catherine Gandois...
L'Ile aux sirènes (Just Jaeckin)
Un navigateur solitaire, surpris par une tempête, tombe à la mer et échoue sur une plage d'une île inconnue. Des ombres se profilent mystérieusement sans laisser de traces sur le sable. Ce sont des jeunes femmes qui finissent par le prendre en charge en le nourrissant et en faisant l'amour avec lui. Mais ce reve se transforme en cauchemar quand, après qu'il ait fait la découverte macabre des restes d'un autre homme, ses compagnes se jettent sur lui pour le dévorer.
Le Labyrinthe d'herbes (Shuji Terayama)
Obsédé par sa mère disparue, Akira tente de retrouver les paroles d'une comptine qui évoque pour lui le bonheur et l'insouciance. Introspection, souvenirs réels, fantasmes se melent jusqu'à la prise de conscience : le passage de l'adolescence à l'age adulte. Et c'est finalement dans les bras d'une prostituée qu'il retrouve la chanson perdue de son enfance.
L'Armoire (Walerian Borowczyk)
Par un soir d'hiver, un homme, pour échapper à sa tristesse, se rend dans les coulisses d'un café-concert de la fin du siècle dernier. Il y achète la nuit d'une danseuse qui l'emmène chez elle. Toute la nuit, des bruits étranges se font entendre. Au petit matin, l'homme s'aperçoit que la prostituée cache dans l'armoire son fils afin de libérer le lit pour ses amants de passage.

À voir le premier sketch de Just Jeakin pour Roland Blanche, et surtout pour Laura Gemser au top de sa beauté.



Un lien trouvé pour vous on ze oueb :


VF


Enfin, vous pouvez acheter FRIGHTMARE (1974) de Pete Walker chez Uncut Movies avec une longue et passionnante présentation du film par David "le yéti" Didelot.
Dorothy Yates vit avec son mari Edmund dans une petite ferme isolée à l'abri des regards indiscrets. La vieille femme dissimule en réalité un terrible passé puisqu'elle fut internée pendant de nombreuses années aux côtés de son époux pour avoir commis une série de meurtres brutaux sur fond de cannibalisme. Aujourd'hui libérée et réintégrée dans la société Dorothy mène une vie tranquille sous l’œil bienveillant de son mari hier complice par amour des crimes de son épouse. En réalité la vieille femme n'a rien perdu de sa démence et va de nouveau céder à l'appel de la chair humaine dont elle se révèle après toutes ces années de psychanalyse toujours aussi friande ! Dorothy attire ainsi secrètement chez elle ses victimes pour leur tirer les cartes avant de les massacrer avec sauvagerie et de se repaitre de leur cervelle encore tiède. Seule Jackie, la fille d'Edmund, semble prendre conscience de la nouvelle dérive meurtrière de sa belle-mère. Parviendra-t-elle à mettre un terme à ce carnage qui ensanglante de nouveau la campagne anglaise ?


5 commentaires:

  1. La photo du film collection privée est mal cadrée. ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On voit Roland Blanche tout nu dans le film, si c'est ce que tu voulais dire. Un peu de suspense ne fait pas de mal...

      Supprimer
  2. Edith Massey quelle sacrée bonne femme que j'adore...

    RépondreSupprimer
  3. À ne pas louper : l'excellente BO psychédélique de Pierre Bachelet pour le premier sketch de COLLECTIONS PRIVÉES !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour COLLECTIONS PRIVÉES!!Laura,Roland Blanche,Borowczyk pour un des sketchs...je vais me regaler!

    RépondreSupprimer