Pages

test

samedi 29 décembre 2018

SORCERESS

Titre original : Sorceress
Réalisé par : Jack Hill
Scénario : Jim Wynorsky
USA - 1982

Avec : Leigh Harris, Lynette Harris, Roberto Nelson...

Cerveauuuuu.....





En vue d’obtenir le pouvoir absolu, le sorcier Traigon décide de sacrifier son premier-né au dieu Kalghara. Évidemment, sa femme s’y oppose,  se fait trucider,  et les deux bébés (des filles !) seront sauvés, grâce à un sage qui leur transmettra un grand pouvoir. Les deux donzelles grandissent et aspirent à la vengeance...



TEASER EN ANGLAIS



Un lien trouvé pour vous on ze oueb :



Renvoi chez Stalker Jany
Un repack de Vanlocke

Wizardry, Le donjon du suzerain hérétique ?
Ludo montrant ses fesses aux centurions de Saint-Tropez
Gandalf est de retour
Vincent Cassel dans SA MAJESTÉ MINOR
Miguel Angel Fuentes : le complice de L'INCROYABLE HOMME PUMA
Le Caillou tente une drague désespérée alors qu'il a oublié de se raser
ASTRON666 avant un concert de viking metal
Tu aimes les films de gladiateurs ?


La présentation de VANLOCKE :  
"Voici un pitch qui aura surement inspiré Ruggero Deodato pour les Barbarians…Contextualisons :  C’est le dernier film réalisé par Jack Hill, collaborateur de la première heure de Roger Corman et connu pour ses films d’exploitation Big doll house, Foxy Brown … (je ne vais pas tous les citer) ; et le premier sur un scénario de Jim Wynorsky (the lost empire, deathstalker 2 …). Ce film est sorti juste 1 mois avant Conan le barbare, donc on ne peut pas dire qu’on surfait sur la vague Conan-like. En conséquence,  Jack Hill reste dans sa ligne du film d’exploitation, en le transposant dans l’heroic Fantasy (thème cher à Wynorsky et aux nanardophiles), pas encore à la mode à l’époque.  Bien sûr, ce n’est pas très fin, brut de barbarian pourrait-on dire. Au final un scénario assez simple à suivre, quelques scènes dénudées (rapides),  des FX d’époque, des hommes-singes en costumes, quelques morts-vivants et une fin avec une réplique d’anthologie qui nous donne à penser qu’il s’agissait d’une blague d’1h20 dont voilà la chute.  Étonnant tout de même que ce film n’ait jamais eu d’édition française même en VHS."

1 commentaire: