Pages

test

vendredi 24 novembre 2017

LES MAÎTRES FOUS

Titre anglais : The Mad Masters
Réalisé par : Jean Rouch

France -  1955












C'est pas du vaudou, ce sont des rites africains. C'est pas du "cinoche", c'est du documentaire.

Wiki : Ce documentaire illustre les pratiques rituelles de la secte religieuse des Haukas, une secte originaire du Niger - telles que pratiquées par des immigrés pauvres d'Accra (Ghana). Ces rites consistent en l'incarnation par la transe des figures de la colonisation (le gouverneur, la femme du capitaine, le conducteur de locomotive, etc.) et s'organise autour d'une confession publique, de chorégraphies frénétiques et de sacrifices d'animaux (poules, chien).
Jean Rouch expliquera que « ce jeu violent n'est que le reflet de notre civilisation. » Le film fut interdit par l'administration française dans le territoire du Niger, puis également, par l'administration britannique, au Ghana et dans d'autres colonies britanniques.
Ou sur LIBERTAIRE.NET





 LE FILM À REGARDER SUR YOUTUBE









CINÉ'GENRE n'a connu qu'un seul épisode.
En Nouvelle-Calédonie, "genre !" est une expression qui peut se traduire par le "Allo quoi !" de Nabila, ou par "Non mais sérieusement !". C'est aussi une manière de se moquer de tout ce qui dépasse les limites de la modestie.
Et "Koi ça ?" signifie "Qu'est-ce que c'est ?" ou "Que veut dire ?". Je pense que ça se dit aussi aux Antilles.

5 commentaires:

  1. Pour réaliser ce film il est parti une semaine en brousse et il a bien flippé car il savait pas trop jusque ou le rituel irait......:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve justement que ça se ressent très bien en regardant le film. Notamment tout au début du rituel quand ça dérape. Tu as l'un des initiés qui se met à tabasser le nouveau venu, et ça coupe immédiatement pour reprendre sur un plan dans lequel on voit l'homme en sang qu'on aide à se relever. Et par-dessus, la voix-off (faite bien après par Jean Rouch) est très sereine. C'est ce qu'on pourrait reprocher aux premiers films de Rouch, de ne pas être assez dans le cinéma-vérité. Pour moi, un réalisateur-cadreur ne doit pas hésiter à montrer ses moments de lâcheté, de peur, de faiblesses, ses erreurs, etc...
      C'est seulement à partir des années 60 que Rouch s'est détaché de l'ethnologie pur pour faire du docu-fiction (un peu comme ce que je dis sur Flaherty dans la vidéo plus bas). Je trouve même que derrière la Fiction, un réalisateur s'exprime souvent plus ouvertement que derrière le documentaire "où il se la joue" objectif...

      Supprimer
  2. Libertaire.net? Bonne référence. J'ai écouté une émission sur france inter à propos de Rouch, cette semaine, mais me souviens pas dans quelle émission.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore les films de Jean Rouch, j'ai piraté les 3 coffrets DVD de ses films dans une médiathèque en Haute-Savoie.
      Perso je ne suis pas gauche comme lui, mais son travail m'a beaucoup servi.

      Supprimer
  3. Bien matinaux vous 2 (à moins que ce soit l'inverse, couché très tard ^^)

    RépondreSupprimer