Pages

test

vendredi 21 juin 2019

Jacques Higelin (presque) INTEGRALE !!!







Le parcours de Jacques Higelin est à la fois atypique et exemplaire. Dans un métier qui maintenant fait la part belle au disque, Higelin est en effet l'un des derniers à avoir construit son succès sur le spectacle. Alors que ses chansons étaient peu jouées dans les médias, notamment pour des raisons politiques (années 70), Higelin triomphait chaque soir dans de petites salles qui, mises bout à bout, finirent par constituer un public considérable. Le succès discographique vint bien plus tard. Ce qui permet à Jacques Higelin de garder un rare recul par rapport au show-biz, et de tenter toujours de nouvelles expériences sans redouter de brouiller son image.




C'est dans un village à l'est de Paris, à Brou-sur-Chantereine, que naît Jacques Joseph Victor Higelin le 18 octobre 1940. Son enfance est marquée par la guerre et les bombardements. Elevé dans une famille modeste avec son frère Paul, Jacques est bercé très jeune par le piano de son père, qui cheminot de métier, consacre beaucoup de temps libre à la musique.



L'enfant aime chanter et apprend les grandes chansons de l'époque, de Maurice Chevalier à Charles Trenet, influences que l'on retrouvera tout au long de sa vie musicale. Après la guerre, outre la chanson, Jacques découvre le jazz. Nouvelle révélation. Encouragé par son père, le jeune garçon commence petit à petit à chanter dans les cinémas, pendant les entractes, puis lors de radio-crochets (concours de chanteurs débutants), au cours desquels il se fait remarquer.



Se sentant plus intéressé par l'univers du spectacle que par les études, Jacques quitte l'école à 14 ans. Il commence par travailler quelques temps avec un cascadeur. De petits engagements en contrats plus importants, il se retrouve dans une comédie musicale, "Nouvelle Orléans", aux côtés du jazzman américain, Sidney Bechet. Il apparaît dans de nombreux petits rôles au cinéma. C'est à ce moment-là, qu'il rencontre Henri Crolla, guitariste d'origine napolitaine et compositeur pour Yves Montand ou Edith Piaf. Avec lui, il apprend la guitare et parallèlement, se met au piano et à la clarinette.

Au début des années 60, il s'inscrit aux cours d'art dramatique de René Simon. Elève brillant, il reçoit le prix François Périer. La chanson est à cette époque au second plan.

En 1961, Jacques Higelin, part faire son service militaire. Après l'Allemagne où il se forme au piano jazz grâce à des groupes locaux, il part en Algérie pour six mois. Il y rencontre Areski Belkacem, musicien algérien, avec qui il se lie d'une amitié très forte. Là-bas, il continue de pratiquer son métier en animant les soirées et les bals des officiers.



Le baladin se transforme en rocker. Sans perdre sa poésie et son lyrisme, il l'exprime différemment. On découvre un Higelin offensif, voire agressif, qui laisse deviner un courant punk prêt à exploser. Nous sommes en 1974 et Higelin à 34 ans. D'un hippie des champs, il devient un rocker urbain, provocateur et sombre. L'ombre de David Bowie n'est pas loin et se devine derrière le maquillage et l'ambiguïté du personnage. Mais Higelin porte assez de forces créatrices en lui pour imposer un personnage nouveau et inédit dans le paysage musical de la France des années 70, alors en pleine refonte.



L'explosion a lieu avec l'arrivée dans les bacs de son album "BBH 75" le 5 décembre 1974. Le public est surpris mais profondément séduit par ce rock noir et cinglant. Avec ses complices, Simon Boissezon à la guitare et aux compositions, et Charles Benarroch à la batterie, il enregistre le disque en une semaine. Sa franchise envers le milieu musical fait figure de manifeste ("Chaud chaud bizness show") et son indignation politique est acide et interrogatrice ("Est-ce que ma guitare est un fusil ?").

La même année, naît son deuxième fils, Ken. Déjà âgé de huit ans, son fils aîné, Arthur, s'initie à l'imaginaire généreux de son père, pour créer beaucoup plus tard son propre univers musical délirant sous le nom d'Arthur H.



Le 14 janvier 1976, sort "Irradié", album enregistré dans les studios du Château d'Hérouville au sud de Paris. Avec sa compagne Kuelan et son fils, Higelin s'installe dans la bergerie du château pour prendre du recul par rapport à une vie parisienne où, selon lui, la drogue envahit de plus en plus la création rock. Il s'entoure d'un nouveau groupe, les Super Goujats, dont fait partie un jeune guitariste de 21 ans, Louis Bertignac, futur membre du groupe Téléphone. L'album est toujours rock, mais empreint d'une grande tendresse....



Taille totale : 5Go
Format : mp3
Qualité : 320kbps
Langue : français
Hébergeur : Uptobox

Upload by labanan

+

LA BANDE DU REX




5 commentaires:

  1. Merci beaucoup, il y en a quelques uns que je cherchais depuis pas mal de temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut HW oui gros doss' pas mal d'octets à dl ^^ mais ...

      Supprimer
  2. je passe car j'ai tous ces originaux..Un genie de la poesie et de la melodie,tout simplement,un très grand artiste Français..Je vais me refaire la petite rousse au chocolat qui attends..Quelquepart,dans la salle d'attente,da la gare de Nantes...^^

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord Astron !
    La nuit promet d'être belle, Car voici qu'au fond du ciel Apparaît la lune rousse
    ,Saisi d'une sainte frousse,Tout le commun des mortels,Croit voir le diable à ses trousses
    ,Valets volages et vulgaires, Ouvrez mon sarcophage Et vous pages pervers Courrez au cimetière Prévenez de ma part Mes amis nécrophages Que ce soir nous sommes attendus dans les marécages Voici mon message Cauchemars, fantômes et squelettes Laissez flotter vos idées noires Près de la mare aux oubliettes Tenue du suaire obligatoire Lutins, lucioles, feux-follets Elfes, faunes et farfadets S'effraient d’âmes grands carnassiers Une muse un peu dodue Me dit d'un air entendu "Vous auriez pu vous raser" Comme je lui fais remarquer Deux, trois pendus attablés Qui sont venus sans cravate Haha, il va m'appeler Elle me lance un œil hagard Et vomit sans crier gare Quelques vipères écarlates, Quelques vipères écarlates
    putain trop bon , j'ai la chance d'avoir vu Champagne en live à Paname avec le piano au milieu sur une scène ronde! une putain de belle époque .... le pauvre fini Parc Montsouris , ou la cigarette, peut-etre qu'il tombera du ciel ..... à nouveau .....

    RépondreSupprimer